Marseille
24 Jul, Wednesday
26° C
TOP

LES RENCONTRES INTERNATIONALES DE LA PHOTOGRAPHIE, du 1er juillet au 29 septembre

L’été dans le Sud, c’est cliché. Enfin, avec les Rencontres d’Arles, c’est surtout « clichés » au pluriel. Et si on était taquin (loin s’en faut), on pourrait pousser le vice jusqu’à dire que faire un tour exhaustif du festival… c’est une épreuve ! Mais, blague à part, les expositions sont tellement riches et nombreuses qu’il est toujours compliqué de sélectionner les étapes obligatoires de ses déambulations photographiques. Alors on vous suggère quelques accrochages qui nous ont tapé dans l’œil cette année.

Du côté des expositions incontournables pour les férus d’histoire de la photographie, on retient « Quelle joie de vous revoir », au palais de l’archevêché. Une expo dédiée aux photographes japonaises (des années 1950 à nos jours), parce que, souvent oubliées des travaux historiographiques, les femmes reprennent ces dernières années la place qui leur est due dans le narratif de la photographie… et que ça fait du bien ! On retient aussi « Le Sport à l’épreuve » (JO obligent), « L’(Œil) objectif » (au musée Cantini), « Lee Friedlander framed by Joel Coen » (compagnonnage passionnant entre le cinéaste et le photographe) et « Comrade Sisters: Women of the Black Panther Party », qui, comme son nom l’indique, met en lumière les militantes du célèbre mouvement américain.

Au niveau des expositions plus expérimentales, impossible de faire l’impasse sur Sophie Calle et l’enterrement programmé de ses épreuves mangées par des champignons (« Finir en beauté »), « Citoyens modèles » de Debi Cornwall et enfin « Transcendance », pour en revenir à la photographie féministe japonaise. La boucle est bouclée ! CBé

Photo de Gauche : Debi Cornwall, © Aperture, Photo du Milieu : Cristina De Middel, © Magnum Photos, Photo de Droite : Alassan Diawara, © ADAGP Paris

www.rencontres-arles.com/fr