Marseille
12 Apr, Friday
13° C
TOP

Marie-Laure Guidi, à la conquête de(s) Marseille

Qui arrêtera l’hyperactive Marie-Laure Guidi ? Marseillaise depuis toujours, l’expert-comptable fondatrice de Ioda Consulting est également Présidente de l’association Business Professional Women, membre élue de la CCI Aix-Marseille Provence depuis 2021, Vice-Présidente financement et trésorière de la French Tech Aix-Marseille Région Sud et Présidente de l’association Piano Cantabile. Fan de l’OM, elle arpente la ville à bord de sa 2CV à l’effigie du club et porte à son cou un médaillon bleu et blanc (quand elle ne peint pas ses ongles aux couleurs de l’Olympique). Quand elle trouve le temps, elle se consacre à la course et à la pratique du violoncelle.

Une Marseillaise remarquable

Partant du constat qu’il n’existe pas de distinction dédiée pour les femmes dont l’engagement et les actions font rayonner la cité phocéenne, le Club des Marseillaises – l’association qui porte La Marseillaise des Femmes depuis 14 ans – a décidé de mettre à l’honneur l’une d’entre elles pour la toute première fois, à l’occasion de l’édition 2024 de la course. Marie-Laure Guidi, dont les multiples casquettes et engagements ont pour fil rouge le développement de la ville et de son territoire, est la première phocéenne nommée Marseillaise Remarquable.  « Cela fait de nombreuses années que je participe à La Marseillaise des Femmes avec ‘Bye Bye Sexisme’, une initiative de l’association Business Professional Women, implantée à Marseille depuis 2018. C’est une course qui m’est chère ! Je suis très touchée de cet honneur qui m’est fait » s’enthousiasme-t-elle. « Pour l’édition 2024, je souhaite créer une grande et belle équipe pour l’association MarseilleS, représentative de tous les pluriels de cette ville, interculturelle par nature. Le sport est un merveilleux moyen de reprendre confiance en soi, et la Marseillaise des Femmes une incroyable occasion d’œuvrer ensemble pour la cohésion sociale. »

© Photo : Valentin Antonini

La Biennale des femmes de la Méditerranée

Il y a un an, elle fait la rencontre de Philippe Pujol (journaliste, prix Albert Londres 2014) et de Alain Cabras (anthropologue à la Sorbonne, spécialiste de l’interculturalité). Ensemble, ils créent MarseilleS. « La ville attire du monde. Les fractures sont cependant indéniables. Nous, entrepreneurs, avons notre part à faire pour que Marseille grandisse harmonieusement. Sinon, on finira par se prendre un mur» confie la phocéenne. « Nous avons une responsabilité collective pour tisser des liens entre les gens. On est tous marseillais, mais pas du même Marseille. L’objectif de MarseilleS, c’est d’agir sur le terrain pour renouer avec un prisme particulier : l’interculturel ».

Le 9 avril prochain au Mucem, le bal s’ouvre, à l’initiative du trio, avec La Biennale des femmes de la Méditerranée. Un projet de longue haleine qui réunira des Marseillaises de cultures différentes. Elles auront planché pendant des mois sur une question commune : En matière d’éducation, quelles valeurs partageons-nous et comment les inculquer ?

« Avec l’aide de Philippe Pujol, elles écriront une déclaration signée par l’AMU et la Chambre de Commerce. Notre volonté est de la faire circuler et de travailler avec les établissements partenaires qui vont porter ce message. Avant de mettre en place des actions concrètes ! » défend l’entrepreneure. Affaire à suivre, donc… CG

Photo en Une : © Ludovic Perez