Marseille
25 May, Wednesday
16° C
TOP

COSQUER MÉDITERRANÉE, nouveau site culturel exceptionnel

OUVERTURE LE 4 JUIN 2022

La Villa Méditerranée abrite désormais un site majeur de l’histoire de l’art pariétal au Paléolithique avec la reconstitution de la grotte Cosquer, découverte en 1985 dans les calanques par le plongeur Henri Cosquer. C’est Renaud Muselier, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, qui a lancé en 2016 le projet Cosquer Méditerranée. Après six ans de travaux pharaoniques, la réplique de la grotte est prête à recevoir, en juin, ses premiers visiteurs, juste à côté du Mucem. Le grand public et les scientifiques auront enfin accès à ce patrimoine exceptionnel, menacé de disparition. Une véritable plongée dans la grotte Cosquer.

Classée monument historique, la grotte a une importance scientifique mondiale du fait de sa rareté archéologique. L’étude méticuleuse du site a révélé un ensemble exceptionnel de plus de 500 entités d’art pariétal. Un patrimoine préservé du fait de l’accès difficile au site, situé 37 mètres sous le niveau de la mer. Seuls les plongeurs expérimentés ont ainsi pu y pénétrer. Cependant, en raison de la montée des eaux, à plus ou moins long terme, l’engloutissement de la grotte est inéluctable. L’originalité de cette situation, la richesse et la diversité des gravures et des peintures, la durée d’occupation du site au Paléolithique supérieur, ainsi que la menace d’effacement des oeuvres pariétales contribuent à faire de la grotte Cosquer un lieu de portée et d’intérêt universels dont la préservation et l’étude relèvent de l’urgence.


Après trente ans d’investigations directement sur place, un sauvetage virtuel s’imposait. À partir de la réalisation d’un modèle 3D, la reconstitution de la grotte au centimètre carré près permettra de donner accès à ce patrimoine au plus grand nombre. Le groupe Kléber Rossillon, qui n’en est pas à son premier chantier, a été choisi pour mener ce projet d’envergure au sein de la Villa Méditerranée, laquelle manquait cruellement d’affectation lisible. Fort du succès de l’ouverture et de la fréquentation de la grotte Chauvet 2, le groupe Kléber Rossillon a apporté ses compétences scientifiques et technologiques, qui ont permis une restitution précise associant techniques de pointe, expertises et gestes artistiques. Des ateliers spécialisés, situés en région Provence-Alpes-Côte d’Azur et dans différentes régions de France, ont réalisé les éléments de ce puzzle inédit qui a été assemblé à Marseille. « Nous transformons le bâtiment pour y intégrer la restitution de la Grotte Cosquer : un lieu de patrimoine, de science en action et de rencontre, vivant et populaire, qui sera une grande fierté pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et pour Marseille », annonce Geneviève Rossillon (présidente de la société Kléber Rossillon) avant de poursuivre : « Pendant vingtcinq ans, nous mettrons en oeuvre tout notre savoir-faire au service de Cosquer Méditerranée et du développement du territoire. L’expérience acquise avec la gestion de 11 sites culturels et touristiques […] permettra de rendre accessible ce monument de la région à 500 000 visiteurs en rythme de croisière. »

Une expérience globale

À la manière d’un découvreur, le visiteur est emmené en exploration sous-marine depuis une « cage de descente » qui simule une plongée à 37 mètres de profondeur, avant de prendre place dans un « module » (une nacelle pour 6 personnes) qui effectue les 220 mètres du parcours dans une semi-obscurité. Doté d’un casque audio synchronisé, le visiteur découvre progressivement les panneaux ornés qui s’éclairent à son approche : cheval, aurochs, bison, cerf, mégacéros, bouquetin, chamois, antilope saïga, phoque, pingouin et poisson… La grotte Cosquer réunit en effet un bestiaire riche de 200 figures animales, auxquelles s’ajoutent des représentations humaines rares, des symboles sexuels, 65 empreintes de mains négatives rouges et noires et plus de 200 signes non figuratifs (rectangles, zigzags…). L’inventaire n’est pas terminé, mais la grotte montre des traces abondantes d’activité avec une majorité d’oeuvres gravées au silex ou dessinées au charbon de bois avec les doigts, ainsi qu’au pigment rouge pour les empreintes de mains.

Les datations au carbone 14 permettent d’appréhender les périodes principales d’occupation de la grotte et de dater la réalisation des oeuvres entre 33 000 et 19 000 ans avant J.-C. L’expérience se poursuit au Centre d’interprétation archéologique situé au 3e étage, qui permet d’approfondir ses connaissances selon deux grandes thématiques : la préhistoire et l’art pariétal, la montée des eaux et le réchauffement climatique. Des reconstitutions permettent au visiteur d’imaginer le paysage du cap Morgiou il y a 30 000 ans et l’environnement d’une Provence glaciale. La reconstitution du bestiaire grandeur nature de Cosquer permet de faire revivre les animaux représentés dans la grotte et de replacer l’Homo sapiens de l’époque dans son milieu. Bienvenue chez nos ancêtres !

Texte _ Emmanuelle Vigne

VILLA COSQUER MÉDITERRANÉE

VILLA MÉDITERRANÉE
Promenade Robert Laffont,
Marseille 2e
À côté du Mucem – Esplanade du J4
OUVERTURE LE 4 JUIN
wwwwww.grotte-cosquer.com