Marseille
24 May, Tuesday
20° C
TOP

Bientôt une piscine au Mucem ? Les Libres Nageurs font tout pour !  

L’association des Libres Nageurs revendique son droit à se baigner dans la piscine du Mucem ! Au pied du musée, le bassin actuellement interdit d’accès pourrait, à l’avenir, être une option de choix pour les habitants des quartiers nord et les baigneurs du centre-ville, souvent cantonnés aux plages des quartiers sud. Entretien avec Florence Joly, libre nageuse et chercheuse en immunologie. 
 

ToutMa : Qui sont les Libres Nageurs ?  

Florence Joly : Nous sommes une association créée l’an dernier. Pendant le confinement, nous avons constaté à un engouement pour la natation en eau libre. Nous avons remarqué le manque de piscines municipales à Marseille, ce qui nous a permis de soulever des questions de santé publique et de droit d’accès à la mer pour tous. Le littoral est mal exploité, en particulier pour les habitants des quartiers nord et ceux du centre-ville. Nous comprenons le besoin d’espaces dédiés aux activités portuaires. Cependant, on ne tire pas partie d’une ressource pourtant fabuleuse ! Ce bassin du Mucem est emblématique, c’est pourquoi nous avons demandé son aménagement dans un esprit de cohésion sociale. 

TM : Que faudrait-il faire pour transformer le bassin du Mucem en piscine pour tous ?  

FJ : Le Mucem nous soutient dans cette démarche globale. Nous avons pu effectuer, avec son aide, des premières analyses bactériologiques pour mesurer la qualité de l’eau. Elle se mesure au travers de deux facteurs : à la fois un facteur bactériologique, pour refléter l’usage par l’humain des eaux de baignade, et donc des contaminations fécales ; mais aussi, en amont, par le biais d’un véritable diagnostic de la pollution chimique, notamment aux hydrocarbures. Samedi dernier, nous avons organisé la première rencontre de la nage en eau libre à Marseille. Un architecte urbaniste nous a présenté une série de réalisations possibles pour installer une piscine pour tous. Ce projet est donc faisable ! 

TM : Qu’est-ce qui bloque à la mairie ?  

FJ : La Métropole gère cette partie du port. La mairie n’a qu’une compétence partielle à ce niveau et intervient seulement en termes de sécurisation des eaux de baignade. Il faut donc faire appel à tous les gestionnaires de l’espace maritime.  

TM : Qu’attendez-vous des organisations en charge ?  

FJ : Nous sommes là pour alerter les pouvoirs publics et pour proposer des solutions. Nous attendons des professionnels qu’ils se réunissent autour d’une table pour en discuter, car à ce niveau-là, nous sortons du cadre associatif.  CG