Marseille
25 Jun, Saturday
24° C
TOP

Willy Maywald photographe, jusqu’au 18 septembre

Cet été, deux lieux aixois rendent hommage au travail du photographe allemand, passionné de danse, de théâtre et de cinéma, qui, en quête de nouveautés et fuyant le climat fasciste en Allemagne, s’installa à Paris en 1931. Ainsi, L’Atelier de Cézanne expose une série de portraits d’artistes que Willy Maywald immortalisa dans leur atelier et la Galerie de l’Office de Tourisme d’Aix-en-Provence réunit une sélection des clichés de mode de Willy Maywald, régulièrement invité à photographier les collections des grands stylistes parisiens.

Ses photographies de modèles aux chapeaux, dessinés par Jacques Fath, sont parmi les plus célèbres. Willy Maywald est le premier photographe à faire sortir les mannequins des studios et intérieurs : Paris lui sert de décor pour magnifier les créations de Christian Dior puis Yves Saint-Laurent, Nina Ricci, Pierre Balmain, mais aussi Gabrielle Chanel, Jacques Fath, Pierre Cardin, André Courrèges.

A Montparnasse où il ouvre son premier studio, « May Va » en 1934, le photographe côtoie toute l’avant-garde artistique. Il travaille rapidement pour Christian Dior et se lie d’amitié avec Maria Elena Viera da Silva, Hans Hartung, Anna-Eva Bergman, Vassilieff… Willy Maywald réalise ses nombreux portraits d’artistes, ceux qu’il fréquente à Montparnasse et Saint Germain des Près : Picasso, Léger, Zadkine, Vasarely, Cocteau, Chagall et Soulages mais aussi des vues d’ateliers, des cafés à la mode.

En 1936, il découvre Lisa Fonssagrives, un des premiers top-model de l’histoire du mannequinat et organise pour ses amis peintres de nombreuses expositions de leurs oeuvres dans ses ateliers. Le photographe n’hésite pas à recevoir les émigrés allemands et autrichiens fuyant les nazis. Considéré comme un ennemi par le régime de Pétain, il fut envoyé dans les camps de travail de Montargis et Blois et, après bien des déboires, réussit à s’échapper en zone libre pour se réfugier à Cagnes sur Mer où il retrouve bon nombre d’amis peintres.

De retour à Paris en 1946, il ouvre un nouveau studio, embauche Sabine Weber qui deviendra la célèbre sous son nom de femme mariée Sabine Weiss. Il renoue également avec Christian Dior dont il fera les photos de sa première collection en 1947 -photos qui paraitront dans Vogue, L’Album du Figaro, Femina, Harper’s Bazar. Willy Maywald mettra fin à son travail de photographe de mode en 1968 – après avoir travaillé pour Pierre Cardin, André Courrèges, Jeanne Lanvin, Nina Ricci et Jean Patou- puis ouvrira sa propre galerie d’Art pour y exposer ses amis Arp, Bott, Pierre Soulages. Il meurt à Paris à l’âge de 78 ans.
Deux expositions qui plongent le spectateur dans un Paris artistique foisonnant, dans le raffinement des « golden fifities » et dans l’intimité de sa relation avec les artistes. Un regard admiratif et réaliste que le photographe porte sur ses modèles. Willy Maywaldavait une « grande qualité d’écoute et était fidèle en amitié » rapporte Jutta Niemann de l’association Willy Maywald « un homme affable, d’une grande élégance et très simple ajoute-t-elle. Sa porte était largement ouverte ». A vous de la pousser.
 

L’Atelier de Cézanne
9 avenue Paul Cézanne 13090 Aix-en-Provence _ 04 42 21 06 53
Tous les jours 10h-18h en août de 10h-12h30 et 14h-18h en septembre
Entrée gratuite de la salle d’exposition.
www.atelier-cezanne.com

Office de Tourisme
Les Allées Provençales 300, avenue Giuseppe Verdi _ Aix-en-Provence _ 04 42 16 11 61
Tous les jours 8h30-20h (dimanches et jours fériés 10h-13h et 14h-18h). Entrée gratuite.
www.aixenprovencetourism.com
Avec le soutien de l’Association Willy Maywald et du Centre Franco-Allemand de Provence