Marseille
30 Nov, Wednesday
3° C
TOP

Pharaons Superstars, jusqu’au 17 octobre au Mucem

L’Égypte ancienne, sa mythologie, ses coutumes et ses pyramides sont autant d’incontournables de l’enseignement scolaire. Mais soyons honnêtes, si certains parmi nous sont devenus des égyptomaniaques (oui, c’est un phénomène qui a un nom), d’autres ont préféré visionner en boucle le film d’Alain Chabat, Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, mettant en scène la reine Cléopâtre, sous les traits de l’iconique Monica Bellucci. À travers la publicité, le cinéma et la musique (Akhénaton, du groupe IAM, vous connaissez ?) s’est construit une indéniable fascination autour du « mythe » des pharaons. Justement, c’est là tout le parti pris du Mucem, qui présente jusqu’au 17 octobre son exposition Pharaons Superstars. Comment l’Égypte ancienne est-elle devenue, en 5 000 ans, l’objet de tous les fantasmes ? Quels en sont les secrets inconnus du grand public ?  

Sous la houlette de l’égyptologue Guillemette Andreu-Lanoë, et de Frédéric Mougenot, conservateur du patrimoine au Palais des Beaux-Arts de Lille, le Mucem nous plonge dans une délicieuse égyptomanie. Ramsès, Khéops et Toutankhamon n’ont qu’à bien se tenir ! De nombreux autres pharaons, parfois même bien plus marquants dans l’histoire du pays, n’ont malheureusement jamais atteint le statut de « superstars ». Pourquoi d’illustres patronymes se sont-ils retrouvés sur des boîtes de préservatifs (oui, oui !), des paquets de cigarettes, des crèmes de beauté ou des savonnettes, alors que d’autres, non ? Qui se souvient d’Ahmôsis, de Téti ? Ou encore de Sésostris, de Nectanébo ? Pourtant, Ahmôsis est ce roi qui a réunifié l’Égypte au xvie siècle avant notre ère. Dans le pays colonisé au début du xxe siècle, ses faits d’armes étaient glorifiés.  

Des hiéroglyphes égyptiens à la musique pop, l’originalité de cette exposition est de réunir une grande variété d’œuvres d’art, de documents historiques et d’objets de consommation contemporains. Pharaons Superstars présente ainsi près de 300 pièces issues des fonds du Mucem et des plus grandes collections égyptologiques françaises et européennes, dont le musée du Louvre (Paris), la Bibliothèque nationale de France (Paris), le musée d’Archéologie méditerranéenne (Marseille) ou encore le British Museum (Londres). 5 000 ans de postérité, cela valait bien une exposition, non ? 

 

La Semaine Pharaonique du Mucem, du 21 au 31 juillet  

Au Mucem, la dernière semaine de juillet s’annonce « pharaonique » ! Du mercredi 27 au dimanche 31 juillet, on se retrouve en famille ou entre amis au Fort Saint-Jean pour un programme d’ateliers en plein air et d’activités ludiques. Atelier « tatooglyphe », création de masques de pharaons, composition d’un accessoire de superstar, projections de films mettant l’Égypte en vedette… le plan parfait pour occuper les minots pendant les vacances d’été. Cette Semaine Pharaonique se clôturera dimanche 31, lors d’un grand bal karaoké sur le thème « or et paillettes ». Question dress code, une touche de gold sera exigée pour accéder au Dj Set de Pola Facettes ! N’oubliez pas votre khôl noir. CG 

MUCEM 
1 Esp. J4, Marseille 2e 
Infos et billetterie Mucem.org 
Soirée de bal/karaoké au Fort Saint-Jean – Entrée libre 

En une : Fred_Wilson_Grey_Area_1993_Tate©Fred_Wilson_Studio-scaled