Marseille
25 Jan, Wednesday
3° C
TOP

Floriane HOT, championne du monde du 100 km

De prime abord, difficile d’imaginer ce petit bout de femme exploser les records de France et d’Europe des 100 km et remporter la médaille d’or en seulement 7h04 de course… Floriane Hot, coureuse de fond de l’Athlé Provence Club est devenue championne du monde le 27 août dernier à Berlin. Rencontre à Aix-en-Provence où elle vit depuis dix ans.

ToutMa : Alors, c’est comment d’être championne du monde ?
Floriane Hot : C’est une très forte émotion, un véritable accomplissement ! Au départ, je ne visais que le championnat de France, auquel j’ai participé en avril, en Dordogne, mais à ma grande surprise, j’ai été qualifiée pour les championnats du monde, et toute ma famille m’a suivie à Berlin pour m’attendre sur la ligne d’arrivée !

TM : Quel parcours sportif vous a amenée jusqu’à cette médaille d’or ?
FH : Je viens d’une famille de sportifs, mon père nous a beaucoup entraînés, mon frère et moi. J’ai commencé avec le football féminin à l’adolescence, mais quand je suis arrivée à Aix en 2012 pour le travail, j’ai choisi le club d’athlétisme pour continuer à pratiquer un sport sans avoir réellement de domaine de prédilection. J’aime courir longtemps. J’ai participé à mon premier marathon à Toulouse, ma ville d’origine, en 2014.

TM : Quelle est la compatibilité d’une telle passion avec une vie professionnelle ?
FH : J’ai la chance d’être aussi passionnée par mon métier : je suis contrôleuse aérienne à l’aérodrome des Milles, tout près d’Aix. Nous sommes une vraie famille, mes collègues me soutiennent énormément, j’ai d’ailleurs reçu pas mal de félicitations sur les ondes ! Pendant les mois d’entraînement, alors que l’été était caniculaire, mes horaires ont été aménagés spécialement pour que je puisse courir en dehors des heures chaudes et récupérer… Car quand on court plusieurs heures par jour, la récupération est primordiale, il faut compter le double du temps d’entraînement !

TM : Quelle est votre routine ? Votre secret pour réussir ?
FH : Mon petit ami, Nicolas Navarro, est membre de l’équipe de France de marathon, ce qui rend le quotidien plus facile : on a le même rythme, la même hygiène de vie, on court ensemble le week-end, on s’encourage, il n’y a jamais de décalage dans nos agendas. On s’envole pour des destinations où un marathon nous attend : Valence, Florence, Paris… On est même parti s’entraîner au Kenya au printemps !

TM : Quel est votre prochain objectif ?
FH : Je ne souhaite pas devenir professionnelle, j’aime autant mon métier de contrôleuse aérienne que la course. Il faut que l’entraînement reste un plaisir. Maintenant que je me suis renforcée mentalement sur de très longues courses, je pense que je peux m’améliorer au marathon…

© Photo en Une : Alexis Pollin
© Photo de gauche : Romain Gillig x RunIx Athletics Center (au Kenya avec Nicolas Navarro)
© Photo de droite : Sami Vaskola