Marseille
03 Feb, Friday
5° C
TOP

Arnaud JERALD, la maîtrise des profondeurs

C’est évidemment au Cercle des Nageurs de Marseille que ToutMa a rencontré Arnaud Jerald, le nouveau recordman du monde d’apnée, qui a défrayé la chronique en atteignant en août dernier le mythique palier des 120 mètres, lors de la 5e journée du Vertical Blue, la plus fabuleuse compétition de la discipline. Inarrêtable, ce champion de la monopalme, une palme de nage qui imite la queue des cétacés et mobilise toute la puissance des jambes des athlètes, vient tout juste de battre un nouveau record en réalisant une plongée à 123 mètres de profondeur, en Turquie.

Le Grand Bleu

La rencontre est cosmique, d’un autre temps, entre ce ciel et l’immensité bleutée de la Méditerranée. Nous nous plaçons au niveau le plus haut du CNM et de mon perchoir, Arnaud a tout d’un héros. Grand, beau, et si sain ! Quand il te regarde, on imagine tout un monde intérieur : celui qu’il est le seul à voir, celui qu’il dépasse, les grandes profondeurs, le bleu et le noir.

Évidemment, Arnaud Jerald fait tout de suite penser à Jean-Marc Barr dans le film iconique de Luc Besson, Le Grand Bleu. D’autant qu’il a réalisé le même exploit que dans le long métrage, en descendant à 120 mètres, avant de se surpasser et d’atteindre les 123 mètres de profondeur. Dans ce film sorti en 1988, il était incroyable d’imaginer qu’un humain puisse réaliser une telle prouesse physique. Mais depuis octobre, ce prodigieux champion a littéralement « dépassé la fiction ».

© Photo : DaanVerhoeven

L’homme le plus profond du monde

C’est enfant, à l’âge de 7 ans, qu’Arnaud découvre la chasse sous-marine dans les calanques de Marseille avec son père. Il fait dans la foulée son premier stage d’apnée et veut alors devenir « l’homme le plus profond du monde ».

Aujourd’hui, c’est-à-dire vingt et un ans plus tard, c’est un athlète complet et serein, à l’hygiène de vie impeccable. Quand il plonge, il est seul et rempli d’émotions positives. Grâce à la puissance de ses muscles et de ses palmes, il passe différents paliers, et descend au plus profond.

Arnaud contrôle les risques et maîtrise son univers, et c’est à cet endroit-là qu’il se sent le plus libre. Suivi par un drone, il descend jusqu’aux derniers 30 mètres où il est alors encadré par des plongeurs professionnels pour sa sécurité. Pour pouvoir flirter ainsi avec les limites de son corps, il suit bien entendu un entraînement très régulier. En hiver, il s’entraîne en VTT, en musculation, au ski de randonnée, en salle, et il nage trois heures par jour. Et à partir du mois de mars, il reprend ses « paliers » petit à petit, afin de réadapter son corps à la pression. Ses objectifs sont précis, il souhaite régulariser ses exploits et aussi… contrôler son égo.

In fine…

En réalité, Arnaud Jerald, comme souvent les grands champions, souhaite incarner l’histoire du monde de sa catégorie sportive. « Je veux être le nouveau Nadal apnéiste », dit-il. Gérant également son métier comme un chef d’entreprise, avec ses partenaires et ses sponsors, Arnaud Jerald a tout d’un géant. MD

© Photo de gauche : Andac Kazar

www.arnaudjerald.com