Marseille
02 Jul, Saturday
29° C
TOP

ABD EL-KADER AU MUCEM, jusqu’au 22 août

Vous connaissez assurément son nom, vous connaissez peut-être son visage, mais connaissez-vous sa vie ? Si votre réponse à cette question est « non », eh bien, il est grand temps de vous pencher sur le sujet. Déjà, parce que cette année nous fêtons les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, dont il est une figure historique centrale, ensuite, parce que sa vie est infiniment romanesque (et qu’une bonne histoire nous élève toujours) et enfin, parce que, selon que l’on se situe dans un cadre culturel français ou algérien, sa figure n’est pas marquée par la même symbolique et qu’il est grand temps de remettre les pendules à l’heure, afin de dépasser la rengaine de l’histoire écrite par les vainqueurs au détriment des vaincus. Chef de guerre, homme de foi et érudit défait par l’armée française, mais aussi trahi et emprisonné par un gouvernement parjure, inquiet de sa capacité à fédérer les peuples du Maghreb, Abd el-Kader est plus qu’un simple résistant qui s’est opposé au rouleau compresseur colonial européen du xixe siècle. C’est d’abord un grand esprit de son temps et un visionnaire admiré de ses ennemis mêmes, capable de transcender les clivages religieux, comme lorsqu’il sauve les Chrétiens de Damas promis à un massacre, capable encore d’entrevoir l’intérêt stratégique du percement de l’isthme de Suez, mais aussi de poser la première pierre de l’unification de l’Algérie. C’est justement l’aspect multifacette de l’émir que le Mucem parvient à mettre en avant grâce à un travail d’envergure mené sur des archives d’une grande richesse (notamment celles liées à sa captivité) et à la mise en lumière d’une iconographie foisonnante. Une exposition savante, à la pointe de la recherche, qui permet de comprendre pourquoi, aujourd’hui, Abd el-Kader émerge comme une figure conciliatrice entre la France et l’Algérie. CBé

MUCEM
7 promenade Robert Laffont
Esplanade du J4, Marseille 2e
www.mucem.org

Image mise en avant : ©Paris – Musée de l’Armée