Marseille
30 Nov, Tuesday
5° C
TOP

Valérie CICCARELLI, l’accessoire sublimé

Voici une artiste confirmée en tous points. Son style n’appartient qu’à elle et ses créations sont identifiables à la seconde dès lors qu’on les a aperçues. Avec son esprit punk-rock avéré, Valérie Ciccarelli brille surtout dans les accessoires identitaires.

La personnalité

Cette touche-à tout a grandi dans le quartier du Panier, comme souvent les enfants d’immigrés italiens de cette génération. De cette enfance, elle garde des souvenirs puissants, avec un papa pêcheur à la personnalité tonitruante et une Mama bienveillante à souhait, la plus belle des qualités pour ce caractère enjoué qui aime les amis, la mer et le bon poisson. Mais aussi Cassis et ses pointus, et surtout sa Puma 98 coupé sport dans laquelle elle sillonne les routes du Sud, pour aller à Hossegor, cher à son cœur.

Le parcours

Une belle simplicité que Valérie a su conserver malgré vingt années passées dans l’univers snob de la haute couture à Paris et sur les plateaux privilégiés des décors de cinéma, où elle a appris la scénographie. C’est à Marseille, sa ville natale, qu’elle installe son atelier pour y créer à volonté. Et c’est à la Cité radieuse qu’elle irradie désormais.

Tour à tour plasticienne, transformant et détournant les matériaux avec aisance pour créer des œuvres murales, et styliste avec sa ligne de sacs Smile à la jolie renommée qu’elle décline à l’infinie, elle affectionne aussi les bijoux XXL qui subliment les corps. Scénographie et production musicale sont aussi dans ses cordes. Elle crée Ciccarelli Studio en 2020, afin de regrouper sous un même label toutes ses compétences et ses œuvres.

Les matériaux

Valérie Ciccarelli affectionne en particulier la customisation. Si ses Smile bags sont souvent fabriqués à partir de cuirs de qualité couture et toujours ornés de cotte de mailles, ils sont aussi très souvent tagués ou brodés, parfois même réalisés en patchwork de tissus en velours, en denim ou en toiles militaires qu’elle aime recycler. La cotte de mailles est également son matériau de prédilection pour réaliser ses bijoux plastrons spectaculaires. Le grand confinement a eu pour effet de la diriger vers le textile, diversifiant ainsi sa créativité déjà intense. Valérie se plaît aujourd’hui à réaliser de charmants boléros couture en ikat de soie d’Ouzbékistan, des tissus rares tissés à la main… sa dernière tocade, et c’est réussi. Une créatrice à découvrir pour toutes celles et ceux qui sont en quête de caractère et d’originalité.