Marseille
04 Oct, Tuesday
20° C
TOP

TEMENIK ELECTRIC, hammam électro-musical

Comprendre une langue, c’est l’asseoir dans le réel. Ne pas la maîtriser, c’est l’effleurer du bout des oreilles. Ésotérisme phonétique et exaltation musicale, le nouvel album de Temenik Electric, intimiste, nous plonge dans l’univers néomoderne des Milles et Une Nuits. Groupe marseillais mené par le chanteur-guitariste Mehdi Haddjeri depuis dix ans, Temenik Electric croise les identités, les genres et les territoires. Composé de onze titres, « Little Hammam », est un quatrième album dont la tonalité crépusculaire, l’Arabian Rock et les transes électro-orientales sont les clefs de voûte. Chansons rock majoritairement chantées en arabe, on y devine l’exil et les histoires individuelles ; notamment dans Erlesh Jeou (Pourquoi sont-ils venus ?) et Manich Maleik (Je ne suis pas un ange), ou encore les rendez-vous manqués entre naissance et disparition Barkani (J’en ai assez).


Un album poétique à l’instrumentalisation épicée, autant aidée par la batterie de Florent Sallen que par la basse de Jérôme Bernaudon, les machines de Fred Alverhne ou encore les guitares et l’oud (instrument de musique à cordes pincées répandu dans les pays arabes) de Christophe Isselée. Alors, comme dans un voyage au coeur de la casbah ou dans une de ces ruelles familières de l’autre côté de la Méditerranée, la langue reste un mystère, mais la musicalité la transcende. JM


sur Instagram @temenikelectric