Marseille
27 Jun, Monday
22° C
TOP

Popote devient FOUD, car foud is goud !

Popote, l’enseigne qui livre de merveilleux plats de tradition, change de nom. Elle devient Foud. Il fallait que cela se sache. Surtout que derrière cette campagne marketing de caractère, il y a un grand talent et du savoir-faire. Entretien avec Nicolas Giansily, un passionné du goût mais aussi du style !

ToutMa : Pourquoi Popote devient-elle Foud ?

Nicolas Giansily : L’idée était simplement de faire évoluer le nom. Le concept et la cuisine restent inchangés. Il nous fallait surtout une marque unique, et avoir un nom propre qui nous appartienne à 100 %. Popote présentait une limite juridique avec son nom générique facilement copiable et difficilement protégeable. Comme nous lançons l’ouverture de notre réseau de franchises, nous avons sécurisé notre marque et soigné notre image. Cette opportunité nous permet de mettre en place un nouvel univers qui nous correspond davantage.

TM : Qui a réalisé cette campagne loufoque et hyper stylée ?

NG : Avec mes associés, on souhaitait vraiment avoir une marque qui nous « colle à la peau » et surtout une image en phase avec le concept ! Nous l’avons élaborée avec Benjamin Caron, le directeur artistique du projet. Benjamin, également marseillais, a su créer et illustrer une identité conforme à ce que nous sommes : authentiques, francs, décalés et vivants !

TM : C’était quoi le concept de Popote ?

NG : Une cuisine familiale, avec du goût, qui donne envie et qui réconforte. Une cuisine sans fioritures, qui met les aliments frais au coeur de l’assiette. Une cuisine pleine d’amour et d’histoires, comme celle de nos grand-mères : intemporelle et un brin rock’n roll ! Au menu, nos mythiques recettes d’oeufs mimosa, le tataki de thon, les coquillettes à la truffe et au jambon, la daube de joues de boeuf, la mousse au chocolat des familles, etc.

TM : Et celui de Foud ?

NG : C’est le même : la cuisine d’hier pour les gens d’aujourd’hui ! Foud, c’est une proposition de plats cuisinés comme à la maison, disponibles en un clic, pour ceux qui apprécient le goût vrai, frais et gourmand et surtout des plats livrés dans l’heure. Un modèle de consommation sur Internet, disponible en livraison ou à emporter via notre site officiel foud.com, (également sur Uber Eats et sur Deliveroo). Et aussi des repas à déguster sur place dans nos restaurants de Marseille et d’Aubagne.

TM : Mais qui fait la popote chez Foud ?

NG : Un trio d’entrepreneurs complémentaires ! Le chef Frédéric Charlet, membre de Gourméditerranée, qui a travaillé à ses débuts à la Bastide de Moustiers, chez Ducasse. Il a ensuite ouvert deux belles adresses : Le Bistro du Cours et Le Tire-Bouchon. Moi, Nicolas Giansily, également chef, avec des débuts au Ritz, chez Lasserre et au Métropole Palace avant d’être chef de cuisine chez Péron, à Marseille. J’ai fondé Fleur de sel en 2006, un traiteur gastronomique destiné aux événements privés et professionnels. Et enfin, le geek, Thibault Amat, ex-directeur de l’agence de communication Eliophot, spécialisée dans l’hôtellerie et la restauration, met au service de Foud son expérience stratégique et opérationnelle dans son domaine de prédilection : le digital…

Les dernières infos
Popote du 5e et des Docks laissent place à un établissement Foud à la Timone. Ce nouveau local peut accueillir sur place une trentaine de clients. Une enseigne ouvre également à Aix-en-Provence.