Marseille
12 Aug, Friday
30° C
TOP

Pierre-François Martin-Laval le robin des bois devenu roi !

Si Pierre-François Martin-Laval connaît depuis quelques années le succès, son âme d’enfant ne l’a jamais quitté. Il a su imposer depuis le début de sa carrière de comédien, son penchant pour l’absurde et les non-sens comiques. Son talent de metteur en scène dans « Les Profs » (bientôt « Les Profs 2 ») et dans la comédie musicale « Spamalot » fait de lui un artiste consacré, brillant sous les feux de la rampe actuellement.

Pierre-François, alias PEF, est né à Marseille non loin de la Gare Saint-Charles. Dès l’âge de 5-6 ans, il souhaite devenir acteur, c’est son côté clownesque. Monté très tôt à la capitale pour apprendre la comédie au cours Florent, il a comme professeur Isabelle Nanty. C’est dans sa ville natale qu’il aime se ressourcer. Résidant ensuite face à la mer, il la dévore des yeux du matin au soir. C’est ici qu’il se sent bien aux côtés de ses amis, de sa famille et des odeurs familières du Vieux-Port, de Sormiou et des calanques.

Le point de départ de ses rendez-vous avec ses racines est toujours « La nautique », côté Criée. Il prend le ferry boat pour rejoindre Patrick Bosso côté mairie, ou le voilier de son copain Jacques accosté aux Canotiers. Il lui arrive aussi de longer la corniche pour boire un verre avec Kad Merad. « Voileux » pour suivre les traces de son père et une passion inculquée par son prof de sport du Lycée Périer (le fameux Jacques), il adore partir avec son bateau. Mais PEF et son père sont un peu les « Pierre Richard » de la mer, il ne vaut mieux pas trop leur confier la barre et rester connecté au canal 72, avoue humblement ce dernier. En effet, Denis Martin-Laval, médecin officiel de La Calypso, accompagnera pendant de nombreuses missions l’équipe du commandant Cousteau dans ses recherches océanographiques. Il a d’ailleurs participé au film  « Le Monde du silence », Palme d’or du Festival de Cannes 1956.

Bref, depuis toujours, PEF est animé par le « non-sens comique ». C’est son humour et son mode de fonctionnement. Il en admire d’ailleurs la poésie. Le succès viendra de la troupe Robin des bois. La légende raconte que les Robins des Bois tirent leur nom d’une pièce burlesque que la troupe (où l’on découvre Marina Foïs et Jean-Paul Rouve) jouait dans un théâtre en s’inspirant très approximativement d’Alexandre Dumas. C’est Dominique Farrugia qui les a découverts. « On jouait dans une grange, à Fontainebleau, où nous avions monté des gradins pour que tout le monde puisse bien voir. Farrugia est venu à la dernière et nous a produit », raconte PEF. Que ce soit sur la chaîne Comédie! ou dans l’émission « Nulle Part Ailleurs », il crée plusieurs personnages hilarants : Richard Cœur-de-Lion, Pouf le cascadeur, le flic Van Loc ou encore Monsieur Merdocu sont certaines de ses compositions célèbres. Son père Denis a aussi participé à de nombreux sketchs de la troupe comique et a tourné dans le premier film de son fils « Essaye-moi » en 2006. À propos de Pierre Richard dans ce même film, Pierre-François a déclaré : « Ce rôle je l’ai écrit pour lui, qui ressemble tant à mon père. Ils sont tous les deux distraits, sensibles, les yeux bleus, si drôles et si touchants ».

Pierre-François Martin-Laval évoque la part d’enfance indélébile qu’il porte en lui. Celle-ci est présente dans les nombreux personnages qu’il invente et interprète au fil des années : « Il y a un côté de moi qui n’a pas grandi, qui est resté naïf. J’ai toujours adoré changer la réalité, passer mon temps à faire des blagues à ma famille, mon père m’appelait “le farceur”. Je n’ai guère évolué depuis. Un gamin a la liberté de faire ce qu’il veut. Sans doute cela me paraît plus pur, plus innocent, plus authentique. Rien ne m’émeut plus qu’un enfant. Sur scène, j’essaie de me laisser aller en ce sens, pour trouver une vérité ou des gags, et dépasser mes limites. En écriture, c’est pareil. (…) C’est un côté de moi qui est resté très gamin et que du coup j’ai exploité dans mes spectacles… »

PEF ne connaît pas que des succès, son bide le plus cuisant a été son premier film réalisé en 2003 avec Alain Chabat, « Rrrr ». Il a mis 10 ans pour en parler avec franchise : « c’était incroyable que l’on parle autant de nous en mal ».

En 2006, il endosse pour la première fois la casquette de réalisateur-scénariste et acteur principal pour le film « Essaye-moi ». Le scénario fut écrit sous la houlette d’Isabelle Nanty et finalisé à quatre mains. Jean-Paul Bathany et Frédéric Proust ont sauvé le scénario, avoue PEF, en libérant les personnages de leur stupidité et leur candeur excessive. PEF livre bataille pour produire une histoire d’amour qui lui tient à cœur, sur la promesse entre deux enfants. Quand Yves-Marie, 9 ans demande à Jacqueline, qui a son âge : « Épouse-moi », elle lui répond par une pirouette « Le jour où tu vas dans les étoiles ». Devenu cosmonaute 24 ans plus tard, Yves-Marie est pourtant éconduit. Il a alors une idée : « Essaye-moi une journée avant de dire non ! ». Son univers comique et poétique n’emportera pas encore le succès escompté, mais Pierre Richard a tout de même accepté de jouer le rôle de son père.

En 2013, c’est enfin la consécration avec « Les Profs », plus gros succès cinématographique de l’année avec près de 4 millions d’entrées. Le film est tiré de la bande dessinée Profs d’Erroc et Pica. Même s’il n’a pas « puisé au fond de cœur », PEF estime « qu’il l’a fait à fond, a passé des années dessus et en a fait quelque chose de personnel ». Le public est au rendez-vous. Numéro 1 du box office français, on a laissé entendre qu’une suite était en préparation. Kev Adams, Isabelle Nanty et Christian Clavier feront-ils partie des Profs 2 ? On l’ignore encore.

Aujourd’hui c’est sur scène qu’il triomphe avec « Spamalot » dont il peut être fier d’être le metteur en scène également. L’humour absurde est roi au théâtre Bobino. La célèbre salle de la capitale accueille la comédie délirante de « Spamalot », inspirée du film culte des Monty Python, « Sacré Graal », datant de 1975. Le show, dont les auteurs sont également les humoristes so british, a tenu cinq saisons à Broadway entre 2005 et 2009. Il fait son retour à Paris après avoir été joué en 2010 au théâtre Comédia. L’hilarante parodie de la légende du roi Arthur dont il joue le rôle-clé est un succès. Pour la deuxième présentation le 28 septembre dernier, deux invités de choix ont pu applaudir le spectacle : Eric Idle et Terry Jones en personne ! Ils sont montés sur scène à la fin de la représentation pour interpréter avec toute la troupe le mythique « Always look on the bright side of life » face à un public survolté. Une standing ovation impressionnante a clôturé ce moment mythique.

100 représentations, depuis le 27 septembre jusqu’à fin janvier, de ce spectacle désopilant sont programmées. Vous avez encore le temps d’aller découvrir PEF dans cette prestation inouïe de près de 2 heures 30, avec ses 18 comédiens, chanteurs et danseurs. Un grand moment.

« SPAMALOT » à BOBINO
_14-20 rue de la Gaîté, Paris 14ème _01 43 27 24 24
Réservations : www.bobino.fr

 

PHOTOS _Ed ALCOCK