Marseille
16 Aug, Tuesday
21° C
TOP

Naïla Saadé œuvre pour l’enfance

Naïla Saadé a créé la Fondation CMA CGM il y a dix ans. Au départ elle envisage de manière générale deux pôles d’activité, un pôle humanitaire et un pôle culturel, mais très vite la Fondation trouve une place plus précise : elle s’oriente vers l’enfance fragilisée. « On s’engage pour les enfants malades, handicapés, les enfants qui ont subi un traumatisme et aussi les enfants défavorisés. Cette année 2015 le thème de l’appel à projets de la Fondation est de promouvoir l’égalité des chances pour les enfants issus de milieux défavorisés » explique-t-elle, « c’est important car tous ces enfants seront les adultes de demain ». La Fondation soutient des associations qui interviennent pour les enfants dans la région PACA mais également au Liban, son pays d’origine.

C’est au 29ème étage de la Tour CMA CGM que Naïla Saadé a ses bureaux. Elle travaille toute l’année avec trois autres personnes, Sophie Beau, Isabelle Billet et Catherine Orthlieb et décide lors du conseil d’administration quelles sont les associations que la Fondation va aider. Elle aime aussi aller sur le terrain, rencontrer les bénévoles, les salariés sociaux, les éducateurs spécialisés, tous ceux qui s’impliquent à aider les enfants : « je suis souvent émerveillée par la bonté et la générosité de certaines personnes entièrement dévouées ». Cette année l’enveloppe est de 140 000 euros, c’est 40% de plus que l’année dernière mais il y a aussi de plus en plus de demandes et c’est toujours difficile de choisir ! « Une fois qu’on a vérifié le sérieux des associations, nous marchons au coup de cœur, nous allons vers celles qui nous touchent particulièrement » confie-t-elle.

C’est le cas par exemple l’année dernière de l’association Prema à Toulon qui travaille pour la reconstruction d’enfants de 6 à 14 ans victimes de graves maltraitances et qui a reçu le Prix 2014 de la Fondation accompagné d’une aide financière de 10 000 euros. Naïla a été très émue par la qualité de la prise en charge et du programme pédagogique qu’offre cette association à des enfants dans une telle souffrance. « Avec l’aide de son équipe, Roseline Gravrand, artiste sculpteur et fondatrice de l’association, accueille les enfants à temps complet au sein de deux bastides familiales et grâce à cet accompagnement exceptionnel, ces enfants semblent totalement métamorphosés, c’est un peu comme si elle leur sauvait la vie » ajoute-t-elle.

Depuis sa création, la Fondation est venue en aide à près de 130 associations leur permettant de réaliser de magnifiques projets comme la mise en place d’un potager biologique pour 150 enfants touchés par le sida (Sol en Si), l’aménagement d’un appartement pédagogique pour de jeunes trisomiques (Trisomie 21 Bouches-du-Rhône), la possibilité pour 33 enfants roms d’accéder à la scolarisation (Sichem), l’accompagnement d’enfants malades du cancer en croisière sur des catamarans (Sourire à la vie), l’aide à la construction d’un centre de vie pour les jeunes et leurs familles dans les cités (Massabielle), l’accueil en internat spécialisé de tout-petits enfants souffrant d’autisme (La Bourguette)… et la liste est longue !

Autre action phare menée par la Fondation en lien direct avec l’entreprise : les « Conteneurs d’Espoir ». Il s’agit d’une vaste opération de transport humanitaire que la Fondation organise depuis 2012 en partenariat avec Médecins Sans Frontières, Action contre la Faim, Handicap International et la Croix-Rouge Française, en offrant le transport sur mer gratuit à ces ONG pour acheminer leur matériel. L’idée lumineuse c’est de pouvoir utiliser la capacité logistique, le réseau et les compétences de la CMA CGM en faveur des enfants. C’est ainsi que des milliers de tonnes de denrées alimentaires et nutritionnelles, de matériel médical d’équipement et d’assainissement sont transportées à travers le monde pour lutter contre la famine, le manque d’eau, les maladies et les épidémies. La Fondation implique ainsi les collaborateurs de l’armateur qui travaillent volontiers pour les « conteneurs de Madame Saadé » comme ils les appellent !

Et cette année pour fêter son dixième anniversaire, la Fondation organise depuis plusieurs mois « les Mercredis de l’enfance » parrainés par le peintre Gérard Traquandi. Ce sont des ateliers artistiques qui ont lieu un mercredi par mois au sein même de la tour avec des groupes d’enfants gravement malades, handicapés ou issus de milieux défavorisés, et ce jusqu’au 17 juin 2015, date de l’exposition de tous les ouvrages réalisés : des petits conteneurs en polyester décorés par tous ces enfants avec beaucoup d’inventivité ! Enfin la Fondation a gardé également une plus « petite » action culturelle en aidant le Festival International de Baalbeck au Liban, le Festival d’Art lyrique d’Aix-en-Provence (pour ses activités pédagogiques auprès des jeunes) et le Festival International de Piano de la Roque d’Anthéron parce que Naïla Saadé aime aussi la musique, l’art contemporain, la peinture, la sculpture, d’ailleurs elle peint elle-même (de très beaux tableaux qu’elle signe modestement « NS ») mais ne veut surtout pas en parler…

Naïla Saadé est arrivée à Marseille en 1978 avec son mari et ses trois enfants petits, ils ont quitté le Liban alors sous les bombes : « nous sommes venus à Marseille pour deux ou trois mois parce que nous avions des connaissances ici, finalement nous nous sommes plu dans cette ville qui nous rappelait un peu Beyrouth ». La suite, on la connaît. On sait que Jacques Saadé a bâti un empire, à la hauteur de sa tour. Madame travaille dans l’ombre, on le sait moins, car sa modestie est proportionnelle à son œuvre pour l’enfance. Très grande.

_http://fondation.cma-cgm.com

 

Photo ci-dessous _Remise du Prix de la Fondation 2014 à l’association PREMA