Marseille
09 Aug, Tuesday
23° C
TOP

Mataroa, la mémoire trouée, au Théâtre Liberté du 14 au 16 janvier

Le Mataroa, c’est le drôle de nom d’un paquebot néo-zélandais qui signifie « La femme aux grands yeux » en polynésien, connu pour avoir transporté jusqu’en France 215 intellectuels, scientifiques et artistes grecs en 1945 fuyant alors la guerre civile qui s’amorçait en Grèce. Et c’est cette histoire d’odyssée d’exilés d’après-guerre que retrace « Mataroa, la mémoire trouée », le nouveau spectacle d’Hélène Cinque du Théâtre du Soleil : une création collective initiée par de jeunes artistes grecs à partir, notamment, des témoignages de Nelly Andrikopoulou. À l’époque c’est le directeur de l’institut français d’Athènes qui a affrété ce navire, véritable arche de créativité pour toute une génération d’hommes et de femmes, dont le philosophe Cornelius Castoriadis ou l’architecte Georges Candilis faisaient partie, échappant ainsi aux chasses à l’homme, à la peur, la faim et l’insécurité, le quotidien de la Grèce à l’aube de la guerre civile. Un voyage entre crainte et fol espoir ! Et sur les ponts du bateau la jeunesse d’hier dialogue avec celle d’aujourd’hui car le spectacle révèle étrangement des similitudes entre la Grèce des années noires et celle de la crise économique actuelle… Le Mataroa représente l’espoir et la lumière avec au bout du voyage la France, alors terre d’accueil, tremplin sur la vie et prometteuse d’un bel avenir !

_www.theatre-liberte.fr

Photo _Danielle Aspi