Marseille
29 Jun, Wednesday
19° C
TOP

Marilyn, I Wanna Be Loved By You – Centre d’Art Hôtel de Caumont

Marilyn Monroe ne cesse de fasciner, son mythe est bien vivant et traverse les époques. La femme la plus désirée, la plus photographiée, est multiple et complexe. Solaire, blonde irradiante, sourire éclatant, véritable star et sex-symbol, l’icône renvoie aussi l’image ténue d’une jeune femme vulnérable et touchante. A travers une soixantaine de photographies, l’exposition organisée par Culturespaces raconte l’histoire de la relation singulière que Marilyn a toujours entretenue avec la photographie et les photographes. Une relation fondamentale dans la construction de son image mythique.

L’exposition bénéficie d’un double commissariat : Sylvie Lécallier, chargée de la collection photographique au Palais Galliera, Musée de la Mode de la Ville de Paris, pour la partie située au premier étage et Olivier Lorquin, président du Musée Maillol à Paris, pour la partie du second étage consacrée à la « dernière séance » de Bert Stern. Les tirages présentés – dont certains demeurent encore peu connus – sont principalement issus de collections privées et agrémentés de nombreux supports multimédias. André de Dienes, Richard Avedon, Philippe Halsman, Eve Arnold, Cecil Beaton, Sam Shaw, Ed Feingersh, George Barris… tous  les grands noms de la photographie de son temps l’ont immortalisée, faisant de la star une icône absolue… et Marilyn contribuant aussi largement à leur renommée.

Marilyn a conscience du pouvoir de l’image qu’elle cultive très tôt. Elle vit derrière l’objectif, se sent désirée. Elle va conserver cette relation de confiance avec les photographes…

Marilyn Monroe, née Norma Jeane Baker le 1er juin 1926 est « la vivante incarnation de ce dont est capable une femme pauvre issue d’un milieu défavorisé et, pour tous, le symbole de l’éternel féminin ». Lee Strasberg, Directeur Artistique de l’Actors Studio, résume ainsi le mythe quatre jours après sa mort survenue le 5 août 1962. Un père inconnu, une mère, Gladys Pearl Monroe, monteuse de films, à l’équilibre psychique instable qui l’abandonne très jeune. Une situation aggravée par une succession de pensions et orphelinats qui amplifie ses angoisses adolescentes… à jamais. Sa jeunesse malheureuse résume le fondement de sa quête existentielle et de son rapport à l’image : apprendre à s’aimer et désirer être aimée. Elle dira d’ailleurs : « Personne ne m’a jamais dit que j’étais jolie quand j’étais petite. On devrait toujours dire aux petites filles qu’elles sont jolies, même si ce n’est pas vrai ». C’est en travaillant dans une usine d’aviation en 1945 qu’elle est remarquée par un agent publicitaire de l’armée subjugué par son potentiel photogénique.

La même année, sa rencontre avec André de Dienes est déterminante. Tous deux partent dans un périple de plusieurs milliers de kilomètres. Il la fait poser en plein air, découvre la fraîcheur et la photogénie de son modèle dont il tombe amoureux. « C’est la séance photo fondatrice de sa relation aux photographes, explique Sylvie Lécallier. Marilyn a plaisir à poser, à être regardée. C’est une façon de se chercher.» Dienes la persuade de se montrer partout, de ne jamais refuser d’être photographiée. En un an, elle fait 36 couvertures de magazines et devient la « girl next door » irradiant par son magnétisme, mélange de fragilité et de vibration photogénique.

Marilyn a conscience du pouvoir de l’image qu’elle cultive très tôt. Elle vit derrière l’objectif, se sent désirée. Elle va conserver cette relation de confiance avec les photographes, initiant régulièrement des séances photos. Un rapport exclusif face à l’objectif, à la différence des caméras et des plateaux de cinéma qui l’angoissent. « Elle construit cet espace de liberté où elle est maître du jeu » dit Sylvie Lécallier. Très loin de l’image conventionnelle des studios.

Marilyn – I Wanna Be Loved ByYou
jusqu’au 1er mai 2017
Hôtel de Caumont-Centre d’Art
3 rue Joseph Cabassol
Aix-en-Provence
_04 42 20 70 01
caumont-centredart.com
Tous les jours de 10h à 18h.

En 1947 elle devient Marilyn en signant son premier contrat avec la 20th Century Fox. Les salles du premier étage montrent ainsi comment Norma Jeane a créé Marilyn, passant de la pin-up à la grande star de cinéma. On y trouve aussi les plus célèbres clichés de l’actrice et chanteuse : ses mariages avec Joe di Maggio et Arthur Miller, son tour de chant en Corée pour soutenir les GI’s et les photos de sa relation avec John Fitzgerald Kennedy.

Loin de l’apparence écervelée qu’on lui prêtait parfois, Marilyn contrôlait chaque image comme en témoignent les planches-contacts de la « dernière séance », où les clichés qui lui déplaisent sont barrés de sa main. Une série bouleversante où la star se livre durant deux jours dans un jeu de séduction, lovée sur le lit d’une chambre d’hôtel. Ce sont près de 3000 clichés tendres et voluptueux qui seront pris au naturel. Marilyn nous absorbe du regard à travers l’objectif. Un ange apparaît sur ces tirages grands formats. Un mois plus tard, c’est à nouveau sur un lit, dans sa nouvelle villa de Brentwood, que l’on retrouvera l’actrice mais cette fois-ci inanimée… Une exposition à ne pas manquer.

Photo en Une _Marilyn Monroe ©Joshua Greene _www.archiveimages.com.jpg