Marseille
28 May, Tuesday
20° C
TOP

Lison Daniel, épisode 3

Après Les Caractères, vidéos désopilantes sur Instagram et l’ouvrage éponyme paru aux éditions Grasset, après le théâtre et la radio, vient le cinéma… Épisode 3 donc, de la vie artistique de Lison Daniel, notre comédienne en devenir dont on suivra chaque pas.

ToutMa : On a le plaisir de te découvrir dans une comédie loufoque et déjantée. Un mot sur ce film qui sort en décembre sur Prime Video ?
Lison Daniel : La référence pour le personnage d’Ellen, c’était la femme au foyer américaine des années 1980-1990, mais qui était mal doublée en français. Souvent, les répliques sont assez alambiquées et surjouées, avec beaucoup trop d’intonations et d’explications dans une même phrase. Alors avec Arthur Sanigou, le réalisateur du film, on s’est beaucoup amusé à complexifier les phrases et trouver des gimmicks absurdes. Il fallait presque mal jouer, en faire trop mais trouver la sincérité en même temps. C’est l’une des choses qui m’a le plus fait marrer sur le tournage. Ça et mon look…

Photo de droite : © Gael Turpo

TM : L’an dernier, à la même époque, nos lecteurs te découvraient grâce à la publication d’un ouvrage reprenant tous tes portraits. Est-ce que le livre a bien marché ? As-tu envie de continuer à faire vivre tes Caractères ?
LD : Oui, le livre a très bien marché ! J’ai beaucoup aimé le processus d’édition de mes textes, ça m’a émue de voir ce que j’écrivais dans mon coin depuis des années devenir matériel, tangible. Ce monde de l’édition est fascinant, et j’ai aimé y entrer. Quant aux Caractères sur Instagram, bien sûr, dans l’idée j’aimerais beaucoup continuer à les faire vivre. Dès que j’aurai un moment de calme je m’y remettrai !

TM : Le théâtre est aussi dans tes cordes. Es-tu satisfaite de ta performance au Théâtre Libre ?
LD : Jouer au théâtre est presque un autre métier que jouer devant une caméra. J’ai appris le premier avant le deuxième. Mais ça demande un engagement total, physique, mental. Il y a 900 personnes qui attendent dans la salle, peu importe que vous vous sentiez fatigué, ou que vous ayez eu une grosse journée. J’ai beaucoup de respect pour les comédiens qui jouent toute l’année. Les comédiens du Français par exemple. C’est quasiment du sport de haut niveau. Bref, j’ai adoré jouer, et jouer autant de fois, dans une si grande salle. J’aime me dire : « Bon, ça, je l’ai fait. Je sais faire, j’en suis capable. » Si c’est à refaire, je devrais être bien sûre du projet. C’est une expérience qui mobilise tellement, alors si le texte, le metteur en scène ou vos camarades vous plaisent moyennement, j’imagine que ça peut être une grande souffrance ! (rire)

TM : Évidemment, on a envie de savoir ce que tu fais de tes journées en ce moment…
LD : J’ai terminé le tournage d’une série pour une plateforme dont je n’ai pas le droit de parler sinon je crois que je m’autodétruis (d’après les clauses de confidentialité que j’ai signées). Ce n’est pas un rôle immense mais le projet est super, et le casting aussi ! Je suis en train d’écrire le film de Dix pour Cent aux côtés de Fanny Herrero, qui a créé la série. Ce sera pour le cinéma, et on l’espère aussi réjouissant que la série. J’écris aussi sur un projet de Camille Chamoux, qui va être très drôle, et dans lequel je vais tourner. Et puis toujours les chroniques sur France Inter, les castings, la vie quoi ! Et si en plus, je veux aussi dormir, manger, voir ma famille et mes amis, ça y est : j’ai des journées remplies à ras-bord.

TM : 2024 sera-t-elle une année importante ?
LD : Sur le plan géopolitique certainement, mais il faudrait plutôt demander à Pierre Haski (NDLR : chroniqueur géopolitique sur France Inter) qui est plus calé que moi sur ce genre de sujets (rire). Sur le plan professionnel, vivre de l’écriture et du jeu, c’est déjà très important pour moi. Et sur le plan personnel, toutes les années sont importantes !

TM : C’est quoi ton rêve de comédienne ?
LD : Il y en a plein. Jouer avec des réalisateurs que j’aime, jouer dans une autre langue, jouer ce que j’écris… Ça, ce sera le prochain grand projet.

UN STUPÉFIANT NOËL ! La comédie de Noël qui se moque des comédies de Noël

Photo : © Gael Turpo

Depuis le 8 décembre sur Amazon Prime, on a la bonne surprise de retrouver Lison Daniel dans le film Un stupéfiant Noël d’Arthur Sanigou, avec Éric Judor et Matthias Quiviger (alias « Ragnar Le Breton ») en têtes d’affiche ! Sans être un film qui marquera les purs esprits cinéphiles, Un stupéfiant Noël présente l’intérêt d’être à la fois une comédie policière grotesque et une parodie des productions américaines niaises qu’on retrouve chaque année sur les chaînes de télé en période de fêtes.

Malgré un humour délibéremment lourdingue, la mise en scène est rebondissante. Le casting se surpasse dans la caricature, servant parfaitement ce récit avec, comme toujours, un Éric Judor performant dans le registre. Lison Daniel, quant à elle, en plus de nous offrir un de ses premiers rôles au cinéma, nous propose une interprétation convaincante de vraie desperate housewife. De leurs cotés, Alex Lutz, Monsieur Poulpe, Laura Felpin et Bruno Sanches rivalisent encore et toujours d’excellence grotesque. Ne ratez pas cette petite comédie truculente, à déguster en famille évidemment !

Photo en Une : © Céline Nieszawer