Marseille
16 Aug, Tuesday
20° C
TOP

Lily Pastré : La Bonne-Mère des Artistes

De Laure Kressmann

Les éditions Gaussen, très attachées à l’histoire en général et à celle de sa région en particulier, publie le récit captivant de la journaliste Laure Kressmann sur le parcours d’exception de la Comtesse Lily Pastré (1891-1974), riche héritière marseillaise et femme charismatique du XXe siècle.

« La vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent », la citation d’Albert Camus aurait pu être l’adage de Lily Pastré. Cette femme libre et indépendante, cultivée et mélomane n’a en effet jamais imaginé sa vie autrement que dans le dévouement, l’abnégation et l’empathie envers les artistes. Dès le début de la seconde guerre, la Comtesse s’engage dans une résistance « philanthrope » face au nazisme et n’hésite pas à transformer sa maison de Montredon, plus connue des marseillais sous le nom de Campagne Pastré, en refuge pour les artistes et intellectuels en danger. Alors que le Camp des Milles est ouvert dès 1939, Lily Pastré brave l’ennemi au mépris des dangers et obtient même pour certains, papiers officiels et visas. Rudolf Kundera, Christian Bérard, André Masson, mais aussi les musiciens et interprètes Clara Haskil, Youra Guller, Darius Milhaud, Edith Piaf ou les écrivains Luc Dietrich, Lanza del Vasto, ont trouvé accueil et protection chez elle. Les entretiens et correspondances constituent le socle de cet ouvrage foisonnant, qui nous renseigne sur le contexte social, la richesse culturelle et le dynamisme de Marseille au XXe siècle. Bien que Lily Pastré, dans le cadre de MP 2013, ait fait l’objet d’une exposition intitulée « Le Salon de Lily, Hommage à la Comtesse Pastré, mécène », elle n’a jamais eu la reconnaissance qu’elle méritait. Toutes les actions de Lily Pastré, qui joua aussi un rôle décisif dans la création du Festival  d’Aix en Provence en 1948, ont été marquées par sa générosité et son altruisme.

Ed.Gaussen – 224 pages – 20€. www.editionsgaussen.com
Préface : Bernard Foccroulle (Directeur du Festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence)