Marseille
02 Feb, Thursday
8° C
TOP

LES RÉVÉLATIONS MODE DU 37e FESTIVAL DE HYÈRES 2022

Une pépite régionale au rayonnement international

Cet incroyable concours mode, pourtant né et implanté dans une petite bulle varoise, peut s’enorgueillir de son impact sur la fashion sphère du globe. Tout le gotha de l’industrie du rêve s’est installé durant 3 jours à Hyères, se mouvant entre places to be du bord de mer et la désormais célèbre Villa Noailles, perchée au sommet de la cité, pour apprécier les performances d’artistes novateurs (parfois un peu perchés, eux aussi) et les expos des photographes également en lice. Ici, toute une population bigarrée et internationale s’agglutine le temps du festival, et c’est déjà un spectacle en soi. Tout le monde semble fier et heureux d’être là…

La fascination du catwalk

Bien sûr, le clou du festival, c’est le show. Un immense catwalk est aménagé sous un énorme hangar situé au Salin des Pesquiers, à l’entrée de la presqu’île de Giens. Les rangées de bancs rudimentaires s’opposent à la technologie avancée des écrans géants, des effets sonores et des jeux de lumière. C’est très pro. Un silence quasi religieux s’installe dès lors que Jean-Pierre Blanc, le charismatique créateur du festival, monte sur la scène et ouvre le bal des défilés. Un pur instant de grâce. Tout est surprise, tout est inattendu. Les yeux rivés sur les écrans des indispensables smartphones immortalisant le ballet incessant des mannequins virevoltants, (Instagram est d’ailleurs devenu partenaire officiel du festival) les spectateurs sont comme hypnotisés. C’est la magie de la beauté qui opère. Toujours.

And the winner is…

La dizaine de lauréats en exhibition cette année provient en majorité de l’Europe du Nord et, curieusement, cinq d’entre eux sont originaires de Finlande. Un détail suffisamment rare pour être relevé. D’ailleurs, la gagnante du Grand Prix Première Vision est finlandaise. Jenny Hytönen, dont les silhouettes évanescentes ont créé l’émoi, a aussi remporté le Prix du Public. Il était difficile de ne pas être ému par ces muses graciles et quasiment nues, souvent revêtues de transparence cristalline ou parfois dangereusement cloutées. Cette collection unisexe audacieuse fait allusion à l’univers BDSM (Bondage Discipline Soumission Masochisme) notamment avec un cuir récupéré, vissé et boulonné façon biker sexy. La jeune créatrice de 25 ans, en plus des généreuses bourses offertes par Vision et Chanel, va aussi pouvoir exprimer son talent à travers des collections capsules pour la marque de luxe chinoise ICICLE. Voilà ce que permet un festival de cette envergure : une explosion de visibilité soudaine… et la considération de la profession tout entière. En attendant la consécration, un jour peut-être…

L’autre gagnant conséquent est Valentin Lessner, un créateur allemand, héritier subtil d’une famille de tailleurs traditionnels pour hommes et capable d’un recyclage étonnant. Il est récompensé du Prix 9M Métiers d’Art pour cette performance et, comme une évidence, du Prix de la Collection écoresponsable Mercedes-Benz.

Les accessoires et la photographie sont en concours également, car ce sont des éléments indissociables de la mode, mais ils ne peuvent voler la vedette aux extraordinaires collections déployées là, sous nos yeux. Ils génèrent tout de même de belles récompenses et complètent allègrement le parcours festivalier qui ne cesse de s’ouvrir à différentes formes d’expression, notamment à la musique et à la danse.

Photo de gauche : Création Valentin Lessner
Photo de droite : Création Jenny Hytonen

Hyères, presqu’île de la mode

Lors de ces quelques jours fous, la jolie petite ville de Hyères semble être devenue une capitale de la mode, offrant une Fashion Week de la création d’avant-garde internationale avec les mêmes codes qu’à Paris, Milan, Londres ou New-York. Le plus repérable ? Les allers venus incessants des énormes Mercedes noires entre les deux sites phares du festival, affichant discrètement à l’avant, sous le pare-brise, le nom de ses occupants : Chanel, Hermès, LVMH, Bottega Veneta, Fédération Française de la Haute Couture, pour ne citer qu’eux…

AUTRES PRIX AUTRES GAGNANTS

• Grand Prix du Jury Accessoires : Joshua Cannone (France)
• Prix Hermès des Accessoires de Mode : Lola Mossino et Indra Eudaric (France)
• Grand Prix du Jury Photographie : Rala Choi (Corée du Sud)
• Prix de la Photographie American Vintage : Chiron Duong (Vietnam)
• Prix du Public, Mode : Jenny Hytönen (Finlande)
• Prix du Public, Accessoires : Lola Mossino et Indra Eudaric (France)
• Prix du Public, Photographie : Rala Choi (Corée du Sud)
• Mention spéciale du Jury Photographie : Adeline Care (France)

Photo en Une : Création Jenny Hytonen
© Photos : Marine Danaux