Marseille
11 Aug, Thursday
22° C
TOP

Laurent Cohen, parfumeur du monde

Certains d’entre nous se rappellent peut-être de ce petit mot touchant que les grands-mères marseillaises aux origines orientales serinaient aux jeunes garçons avant qu’ils ne sortent de la maison familiale pour rejoindre une amoureuse : « est-ce que tu as mis ton sent bon ? ».  Le « sent bon » c’est peut-être à Marseille qu’il est né si l’on se réfère à l’histoire qui suit…

Tout démarre en 1934, à Marseille, avec Fernand Cohen. C’est à 21 ans que ce passionné de fragrances crée sa société. L’idée simple et géniale de ce créateur d’entreprise (et de parfums) préfigure les grandes formules du marketing d’aujourd’hui : proposer des parfums « de niche », de qualité et à petit prix pour que Monsieur et Madame tout le monde se fassent plaisir aux sens. Et c’est ainsi que Fernand Cohen parfumera, pendant des décennies, les colonies de l’Empire français (principalement en Afrique de l’Ouest) avec ses petits flacons jaunes aux senteurs originales, garantis sans alcool, conformément aux lois du Coran, d’où le nom de l’entreprise : Corania. Plus tard, Bernard et Jean-Luc, les deux fils de Fernand viendront le rejoindre pour asseoir le succès de cette société familiale marseillaise prospère, créative, aux productions made in France (réalisées à Grasse sur des bases alcool et sans alcool) et résolument tournée vers l’international depuis ses premières années.

C’est aujourd’hui à Laurent, 40 ans, petit-fils de Fernand, qu’il échoit d’être à la fois créatif et entreprenant tout en perpétuant, comme l’ont fait ses aînés, ce très subtil équilibre entre qualité, prix modérés, exigence de nouveautés et publics ciblés. Bref il faut avoir du nez tout en ayant du flair ! Et humer l’air du temps sur plusieurs continents… Pas facile. Rencontre avec ce jeune parfumeur du monde qui a déjà quelques belles réussites à son actif.

Un nez, des notes

LC : Je suis dans la droite ligne de la passion familiale pour la parfumerie et pour l’olfactif. Je suis rentré dans l’entreprise en 1999 après toute une scolarité faite à Marseille et un diplôme de Sup de Co Marseille. Je me suis occupé immédiatement du développement commercial sur les marchés asiatiques et d’Amérique du Sud avec la marque Arno Sorel. Puis, nous avons commencé à travailler pour la grande distribution sur des gammes complémentaires aux parfums de luxe existants. C’est à ce moment-là que nous avons développé la gamme des Solinotes, commercialisée à partir de 2011 et présente à ce jour sur les marchés français et d’Europe occidentale. Avec Solinotes, nous proposons douze fragrances de 50 ml, conçues autour de notes clés originales et qui peuvent se combiner entre elles. Nous avons énormément travaillé sur l’imaginaire, sur le plaisir lié aux parfums et sur l’idée de la découverte olfactive, en invitant les consommatrices à se créer leur propre parfum chaque jour en s’amusant avec les fragrances selon leur humeur. Ce n’est plus le consommateur qui s’adapte à la marque mais le parfum qui s’adapte aux désirs créatifs du consommateur. C’est assez novateur en la matière.

Du nouveau pour les grands costauds et les actifs ados

LC : En 2015, nous lançons deux nouvelles marques. Et, pour la première fois de notre vie, nous développons un produit sous licence, avec un positionnement masculin qui défend des valeurs qui nous ressemblent et qui soit également une marque respectée de tous. C’est dans l’environnement du rugby et avec la marque All Blacks que nous avons trouvé les bons équilibres. Et c’est toute une gamme d’eaux de toilette qui sera sur le marché dès 2015, en grande distribution, en France et en Europe.

Nous avons tout récemment développé une quatrième marque qui s’adresse particulièrement à la cible des teenagers. Nous nous sommes rendu compte qu’il existait en parfumerie des parfums pour les enfants, des parfums pour les adultes mais qu’il n’existait rien de semblable pour les adolescents. En analysant leurs besoins et leurs codes spécifiques, nous nous sommes rendus à l’évidence qu’il y avait un point commun à tous les adolescents du monde entier : une intense activité au niveau du réseau social. Sur ces constats, nous avons développé une gamme de produits dans laquelle les teenagers se reconnaissent. Nous avons créé la marque #parfums hashtag. En décembre, nous lançons cette nouvelle eau de toilette #imaPrincess, qui sera suivie en 2015 par deux nouvelles créations.

Marseille passion et ambition…

LC : Marseille nous a apporté tellement de choses au fil du développement de notre entreprise !

Il y a aujourd’hui dans notre ville des profils et des compétences de plus en plus pointus qui viennent rejoindre notre territoire. Nous avons énormément de chance de pouvoir travailler dans cet univers extrêmement positif. C’est une ville que je défends tout particulièrement autant dans ma vie professionnelle que dans ma vie sociale en tant que président du club WTC Apex qui regroupe une centaine d’entreprises du territoire qui se développent à l’international.

J’ai la conviction que le développement des entreprises de la région passera nécessairement par leur développement mondial. Et j’ai la « faiblesse » de croire que ce développement passera par l’échange et le partage des expériences entre les entreprises. À Marseille, de nombreux chefs d’entreprise s’impliquent et il y a une véritable générosité qui aide à avancer. Et, détail amusant, le club WTC Apex a été créé il y a 40 ans par cinq entrepreneurs… Dont un certain Fernand Cohen de l’entreprise Corania… Un clin d’œil de l’Histoire à ce visionnaire qui avait du nez et la boucle est bouclée !