Marseille
04 Jul, Monday
28° C
TOP

La Verità au Grand Théâtre de Provence du 20 au 22 décembre

« Mais qu’est-ce que c’est que ce cirque ? » c’est sans doute la question que tout spectateur se pose, interloqué, une fois installé sur son strapontin devant La Verità, le spectacle de Daniele Finzi Pasca qui fête cette année son 6ème anniversaire et que l’on retrouve, après avoir fait le tour du monde, du 20 au 22 décembre au Grand Théâtre de Provence. Pourtant, cette création s’inscrit dans le grand mouvement du renouveau du cirque moderne, qui se pense depuis les années 1990 comme un spectacle total dont les numéros sont unis autour d’une esthétique commune, d’une histoire souvent onirique, plutôt que comme une succession de morceaux de bravoure sur « la piste aux étoiles ». Dans la lignée des spectacles des cirques du Soleil et Éloïze, qu’a donc de si particulier La Verità pour réussir encore à nous surprendre ?

Il faut dire qu’il s’est écrit et monté ni plus ni moins autour d’un trésor méconnu du XXème siècle, une grande toile de 9 mètres sur 15 peinte dans les années 1940 par le maître des Surréalistes, Salvador Dalí*, pour un ballet new-yorkais de Léonide Massine, Tristan fou. Le spectacle lui-même n’a pas fait long feu, mais la toile est restée. Une fois dépliée et tendue, c’est tout son univers qui s’en est échappé pour faire naître La Verità, comme une boîte de Pandore qui s’ouvrirait, mais pour le meilleur. Autant dire que niveau poésie spectaculaire, on est servis d’emblée ! Autour de cette œuvre monumentale qui sert de fil rouge à une histoire d’amour, qui peu à peu s’abstrait en réflexion sur la vérité, la Compagnie Finzi Pasca a donc brodé un spectacle qui emprunte au meilleur des traditions du cirque, du théâtre, de la danse et même des arts graphiques : machinerie grandiose digne de l’âge d’or du théâtre populaire italien au service d’acrobates de génie, réinterprétation moderne de la danse serpentine de Loie Fuller et costumes felliniens d’hommes rhinocéros ou encore d’arlequins dont on ne sait s’ils ne sont pas plutôt des pierrots, ou inversement ! L’ensemble est délicieusement beau, hétéroclite, grandiose, improbable pourtant… en un mot : magistral. Alors, sur cette histoire à dormir debout, courrez donc faire l’expérience d’un rêve éveillé !

* C’est aujourd’hui une réplique de la toile, certifiée par la Fondation Gala-Salvador Dalí, qui est présentée sur scène.

La Verità du 20 au 22 décembre
Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvenal, Aix-en-provence
Réservations : http://www.lestheatres.net/fr/activity/903-la-verita

 

la bande annonce :