Marseille
28 Jun, Tuesday
26° C
TOP

Idrissa HANROT, destin choisi & hasards heureux

A 15 ans, Idrissa est repéré dans une rue de Paris par Brice Compagnon, un directeur de casting sauvage. Sa carrière de mannequin peut commencer. Il travaille trois ans au sein de l’agence Marylin et produit quelques belles images de magazine avec sa beauté gracile et métissé. Mais le parfait modèle est surtout ambitieux et préfère ses études d’Histoire à l’univers de la mode. Sa licence en poche, il se spécialise en Histoire du cinéma puis en économie des médias. Le métier de producteur se profile.

Après un premier stage avec Camille Trumer chez CinéArt, il découvre le métier. Idrissa a ensuite la chance de croiser la route de Pierre-Ange Le Pogam, qui cherche alors un assistant personnel au sein de Stone Angel (sa société de production) et l’embauche. Il travaille sur la post prod’ de La crème de la crème de Kim Chapiron, puis sur le biopic d’Olivier Dahan, Grace de Monaco… Les projets de Pierre-Ange Le Pogam sont pour la plupart, internationaux. Idrissa cotoie déjà le gratin du système (Warner et cie…)  et, conscient de son privilège, apprend beaucoup. Il produit un premier court-métrage intitulé « Pot de départ » avec un super casting et une équipe de réalisation très pro, rencontrée dans sa période Stone Angel. Ce premier film loupe la fameuse Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, faute de bon timing, mais il trouvera sa visibilité dans d’autres festivals. Ces courts-métrages sont davantage destinés à un effet « carte de visite » dans leur profession. C’est souvent le coup d’essai avant le coup de maître, si talent il y a.

Aujourd’hui, Idrissa vient tout juste de déposer les statuts de sa propre boîte de prod’, aventure qu’il partage avec son ami Eliott Brunet, lui-même issu du business. Ils ont un projet de long métrage avec sa sœur, Zita Hanrot, actrice et surtout scénariste ici, mais c’est pour l’année prochaine…

Pour le moment, Idrissa a une actu pour le moins insolite. Le voici partageant l’affiche avec Pierre Niney dans un film de (et avec) Igor Gotesman, François Civil et Margot Bancilhon. Le pitch : « Cinq amis d’enfance rêvent depuis toujours d’habiter en colocation. Samuel se propose de payer la moitié du loyer  mais à peine installés, il se retrouve sur la paille et décide de ne rien dire aux autres et d’assumer sa part en se mettant à vendre de l’herbe. Mais n’est pas dealer qui veut et quand tout dégénère, Samuel n’a d’autres choix que de se tourner vers la seule famille qu’il lui reste : ses amis ! ».

Là encore, un hasard heureux a mis Idrissa sur la route d’Igor Gotesman. Humble, il nous rappelle qu’il n’est pas acteur. Que s’il est choisi, c’est pour les besoins du scénario. Que son rôle est secondaire… Un film à voir, un être à suivre !