Marseille
18 Aug, Thursday
18° C
TOP

Grand Corps Malade

En pleine tournée pour son dernier album 3ème temps, Fabien alias Grand Corps Malade trouve pourtant du temps pour les causes qui lui sont chères. Il parle, en exclusivité pour ToutMa, de sa belle histoire d’amitié avec l’association Sourire à la vie !

ToutMa : Comment a démarré cette jolie histoire ?

Fabien : J’ai rencontré Fred Sotto alors que j’étais de passage à Marseille. C’est le fondateur de cette association qui s’occupe d’enfants cancéreux. Il m’a appris que ces jeunes dansaient sur mes textes. Je suis allé spontanément à leur rencontre. A l’atelier, j’ai ressenti un bon feeling. Ces enfants sont pleins d’énergie, ils ont énormément de recul sur leur maladie. Il y a des gamins en rémission, en soins intensifs, certains qui trop fatigués ne peuvent pas venir, d’autres sont malheureusement décédés mais les frères et sœurs continuent à aider l’association. C’est une grande famille.

 

Quels sont les objectifs de cette association ?

Fred a une devise : “ces enfants vivent des choses très difficiles, nous allons leurs faire vivre des choses incroyables”. Depuis, ils ont faits des choses incroyables : des balades en chiens de traineaux, du parachute ascensionnel en Corse… Ils ont des cours de préparation physique et mentale. Ils sont merveilleusement entourés.

 

Quelle est votre part d’investissement ?

Nous avons fait une représentation au Théâtre du Jeu de Paume à Aix-en-Provence l’année dernière. Nous sommes en préparation d’un nouveau spectacle. Ils ont choisi d’autres chansons de ma composition. Ils apprennent des chorégraphies de grande qualité. Le but étant qu’ils se produisent dans plusieurs villes, qu’ils fassent une tournée. Elle débutera en octobre au Théâtre du Rond Point à Paris. Jean-Michel Ribes offre pour un soir son théâtre de 800 places. L’émotion sera grande.

 

Qu’est-ce qu’on fait « lâcher » comme mots à ces enfants ?

Ce sont vraiment eux qui choisissent. Je donne au départ quelques termes, un thème, puis c’est dans une totale liberté qu’ils créent.

 

Vous avez préfacé “Rencontres étoilées” le roman d’Albert Labbouz (sorti le 10 février)…

Oui, je connaissais déjà Albert. C’est un auteur qui ne connait que l’anonymat. Il a donc écrit une autobiographie dans laquelle il parle de ses rencontres, lui qui n’est rien avec les artistes. Il analyse pourquoi certains réussissent et d’autres non. J’ai joué avec certains mots pour préfacer l’ouvrage.

 

Votre tournée s’achève bientôt, y a-t-il une date bientôt dans la région ?

Ce sera Nice le 21 avril.

 

Toujours avec Redouane Bougheraba en première partie ?

Oui. Il fait toujours mes premières parties, notamment à l’Olympia, en Tunisie où je me suis rendu récemment. C’est un humoriste qui progresse énormément. Il est également ami de l’association.

 

Le tube créé avec Calogero (l’ombre et la lumière) ne vous donne-t-il pas envie de faire un album que de duos ?

C’est effectivement mon idée. J’ai déjà plein de touches. Je vais varier les ambiances musicales selon les chanteurs. Un duo à retenir sera surement celui avec Richard Boringher.

 

Sourire à la vie _153 Plage de l’Estoque , Marseille 16ème _0981481691

Sorry, the comment form is closed at this time.