Marseille
08 Aug, Monday
23° C
TOP

Géraldine Nakache, son cinéma ‘friendly’

Elle fait partie de ces actrices au fort « capital sympathie ». Très vite, la France a retenu son nom. Géraldine Nakache est non seulement une comédienne célèbre mais c’est aussi une réalisatrice confirmée. De ses films émane la même personnalité joyeuse. Elle est de ces filles dont on aimerait être l’amie parce que lumineuse et déterminée, Géraldine rassure et raconte la vérité.

ToutMa : Vous avez deux films à l’écran cet été dont le 2ème long métrage d’une jeune réalisatrice Marseillaise : L’Ex de ma vie. Où le tournage a-t-il eu lieu ? Connaissiez-vous Dorothée Sebbagh ? Parlez-nous de ce film…

Géraldine Nakache : Ce film a eu lieu en grande partie à Paris qui en est presque le 3eme personnage. J’ai rencontré Dorothée lorsqu’elle m’a proposé son film. Mon agent m’avait fait parvenir son premier long métrage que j’avais adoré. Et l’actrice principale de Chercher le garçon (ndlr : le premier film de Dorothée Sebbagg) m’avait sidérée. D’ailleurs Sophie Catani joue le rôle de Barbara dans L’ex de ma vie et j’étais tellement heureuse de pouvoir lui donner la réplique. C’est une immense actrice. J’ai adoré parler avec Dorothée de son film. Elle m’a donné très vite envie de la rejoindre. Elle avait dessiné le personnage d’Ariane comme une boule d’énergie quelque peu carriériste et toujours pressée même perchée sur ses talons  Roger Vivier !

TM : Aviez-vous quelques liens avec Marseille, de près ou de loin avant ce tournage ? Comment percevez-vous notre ville et l’atmosphère qui s’en dégage ?

GN : Ma maman a une de ses amie d’enfance qui y vit, Ghislaine et mon père a aussi des cousins Marseillais. Mon binôme, Hervé Mimran avec qui j’ai co-réalisé Tout ce qui brille et Nous York est Marseillais… Donc oui ! Je suis liée à cette ville. D’ailleurs lorsque nous partons en tournée en province avec les films, il m’est impensable de ne pas passer par Marseille ! J’adore l’humeur et la couleur de cette cité.

TM : Vous faites également partie du fabuleux casting du film d’Audrey DanaSous les jupes des filles. (Sortie le 4 juin). Comment avez-vous ressenti cette expérience un peu unique en son genre ? Tourner avec toutes les grandes actrices de sa génération et même plus encore…

GN : C’était vertigineux de voir toutes ces femmes sur le plateau. Leur donner la réplique me laisse aussi un souvenir incroyable. Quel cadeau m’a fait Audrey Dana ! Le tournage était très gai et Audrey nous a toutes regardées comme des femmes, des actrices, des sœurs… C’était très doux et dynamique !

TM : Quelles sont les comédiennes qui vous ont le plus impressionnée sur ce tournage ?

GN : Jouer face à Isabelle Adjani est impressionnant. Impossible de se départir de l’idée que vous avez La reine Margot face à vous ! Voir aussi toutes ces actrices, Marina Hands, Vanessa Paradis, danser sous vos yeux lors d’une séquence du film, m’a aussi beaucoup émue.

TM : L’amitié semble avoir une grande importance dans votre vie… votre premier film Tout ce qui brille ou encore Nous York en témoignent. à 34 ans, vous sentez-vous encore adulescente* au point de placer ces relations au premier plan ?

GN : Je n’ai pas le sentiment que les fortes amitiés racontent de votre personnalité que vous êtes adolescente. On entretient de grandes amitiés à tous les âges il me semble. D’ailleurs il est très rassurant aussi de voir que certains amis d’enfance restent près de vous toute la vie et que les relations évoluent. ça me constitue, c’est vrai. Les amitiés sont essentielles à ma vie. Elles sont rares et précieuses.

TM : Les liens familiaux représentent aussi quelque chose de très important pour vous. Olivier, votre frère est-il votre mentor, celui qui vous a donné envie de faire du cinéma ?

GN : Tout le monde le sait désormais pour l’avoir dit à de nombreuses reprises. Si mon frère avait choisi d’être kiné j’aurai probablement était kiné aussi. Mais le « c » a remplacé le « k » ! Immense admiration pour l’homme, le frère qu’il est. Et en plus, quel metteur en scène ! C’est trop classe d’avoir comme frère Olivier Nakache ! Mais Annie-Claude et Marc – mes parents – sont pas mal non plus ! Ils ne font juste pas de cinéma !

TM : Avez-vous le sentiment d’appartenir à une famille d’acteur dont vous êtes aussi la fondatrice ?

GN : J’aime jouer et diriger Leïla Bekhti c’est vrai. Elle est de ma famille de cœur avant d’être de ma famille d’acteur. à chaque film la « famille » s’agrandit…

TM : Vous êtes l’une des égéries d’Uniqlo, célèbre marque japonaise. Est-ce un rôle complémentaire au métier d’actrice ?

GN : Uniqlo est une marque que je porte et que j’aime beaucoup. J’ai le sentiment qu’elle me ressemble un peu, c’est d’ailleurs pourquoi j’ai été très flattée qu’on me propose d’en être l’égérie. C’est complémentaire en effet. Au cinéma on travaille sur l’identification aux personnages que l’on interprète. C’est le cas aussi en publicité j’imagine.

TM : Quels sont vos projets en tant que réalisatrice ? En tant qu’actrice ?

GN : Après les sorties de Sous les Jupes des filles et de L’ex de ma vie en juin, je m’apprête à sortir à la rentrée un très joli film franco-israélien de Shirel Amitay Atlit où j’ai la chance de jouer la sœur des géniales actrices Yaël Abecassis et Judith Chemla… Sublime film qui me tient très à cœur. Et pour le moment je tente de réfléchir à une troisième réalisation… On verra bien.

 

Vos préférences :

Un fruit ? Le kiwi
Une couleur ? Le blanc
Vos vacances ? Le sud de la France pour un week-end, les états-Unis pour la semaine
Un vêtement ? Mes mocassins Gucci
Un(e) comédien(ne) ? Catherine Deneuve
Un réalisateur ? Olivier Nakache
Un personnage historique ? Simone Weil
Un film ? Les Parapluies de Cherbourg
Un(e) ami(e) ? Leïla Bekhti

 

* L’adulescence est un terme issu de la contraction entre adulte et adolescence. Il caractérise particulièrement les « ados attardés » de plus de 30 ans que certains sociologues et publicitaires ont défini lors d’études de la société dans les années 95/2000. Exemple type : la série Friends.
Avant-première publique “L’ex de ma vie” au cinéma Le Prado à Marseille jeudi 19 juin en présence de l’équipe du film et de Géraldine.
 

Sorry, the comment form is closed at this time.