Marseille
04 Feb, Saturday
9° C
TOP

Frédéric BOURDIEC, céramiste éclairé

C’est brut. C’est minimaliste. Frédéric Bourdiec baigne depuis l’enfance dans une lumière typiquement marseillaise que l’on retrouve dans ses créations aux coupes franches, rémanences de son expérience d’architecte. Formé au premier art, c’est dans le mobilier design qu’il a pourtant décidé d’exprimer sa créativité, comme si l’objet était l’expression la plus pure du fonctionnalisme cher aux créateurs du XXè siècle.

Cet ancien ébéniste marseillais épris de dessins industriels est un fin sculpteur de lumière, un fervent défenseur de l’architecture moderne. Ce sont les grands ensembles et la construction des logements collectifs qui lui ont donné l’envie de modeler dans l’espace. Parmi ses inspirations, il cite évidemment Le Corbusier, mais il évoque également le Hongrois Marcel Breuer (designer de mobilier et figure du modernisme) et Eduardo Chillida (sculpteur basque espagnol) comme étant des influences majeures.

Frédéric Bourdiec, qui se définit aujourd’hui comme « architecte-céramiste », s’est tourné vers la terre, travaillée à la façon d’une maquette d’architecte, bien après ses études. Il coupe, redécoupe et assemble, créé des niches et des ouvertures, le tout dans de la céramique. Son but ? Éclairer différemment et animer une pièce en fonction de ses ouvertures sur l’extérieur.

Ses luminaires en terre, pièces uniques, toutes montées à la main dans son atelier marseillais, sont à la fois des œuvres d’art, que l’on collectionne pour leur singularité, mais aussi du mobilier design brutaliste qui attire les regards, jouant de contrastes subtils et d’inattendus clairs-obscurs. Ses tables basses en grès, quant à elles, sont directement inspirées de plans de masse, représentations graphiques vues du ciel. « J’aime montrer la cité autrement. Je travaille à la plaque et j’utilise le grès chamotté pour son grain et son élasticité qui laisse passer la lumière », nous confie-t-il. Prochaine exposition prévue au printemps, au Bunker des Calanques à Marseille. CG

Sur commande via Instagram : @architectureceramique
ou à la galerie 50 CINQUANTE à l’Isle-sur-la-Sorgue.