Marseille
09 Aug, Tuesday
22° C
TOP

Florent Manaudou… Un nom qui rime avec natation !

Quel contraste saisissant entre le jeune homme calme et réservé qui s’exprime sereinement et le nageur exalté prêt à tout pour obtenir son pass pour Londres cet été. Florent Manaudou n’a que la natation dans la vie ! Il est dans les bassins à l’âge de 3 ans, suivant la fratrie à la piscine d’Ambérieu-en-Bugey, dans la banlieue lyonnaise. Dès 7 ans, il joue de ses qualités physiques naturelles et gagne ses premières médailles. Quelques années plus tard, un entraînement par jour ne lui suffit plus. A 16 ans il arrête l’école (à 3 mois du bac…) et son frère Nicolas s’engage à le faire progresser. En 2009, il gagne sa première médaille aux Championnats de France en 50m papillon. Le bronze vaut de l’or pour cette première. L’équipe de France A’ (celle des jeunes) le sélectionne pour les stages. Mais ce n’est pas encore gagné. L’année suivante est plus revêche. Il se fracture deux fois le même pouce et passe une année de natation-rééducation. Ce mental étonnant de feu sous la glace qui le caractérise est resté intact. Il se qualifie pour les Championnats du Monde à Shangaï. A son retour, il demande à sa sœur Laure de le présenter à Romain Barnier afin d’intégrer le CNM. Le voilà Marseillais ! Son statut intermédiaire (entre jeune et confirmé) ne lui permet pas de vivre de sa passion mais n’entame en rien ses qualités de sprinteur. Son coach dit de lui qu’« il possède la force et la tête pour réussir… Comme il ne parle pas beaucoup, il écoute et apprend donc plus vite que les autres ». Il réalise en ce début d’année son meilleur temps (22,34) sur 50m nage libre. Mais il faudra faire mieux au Championnat de France (du 18 au 25 mars 2012) pour prendre la place d’Alain Bernard et surtout obtenir une des 6 places du relais pour les JO de cet été. Il rêverait d’y être associé à Fred (Bousquet), William (Meynard) et Fabien (Gilot)… Entre ses 5 heures de natation journalières, il peaufine son anglais chez Pimento (meilleur élève du groupe), reste chez lui avec son siamois Dorian Gandin. Il tient surtout à rester célibataire… La médaille avant tout, histoire de se faire un prénom !

Article paru initialement en mars 2012.