Marseille
01 Jul, Friday
20° C
TOP

Coup de fil à Olivier Ciappa

Olivier Ciappa vit à L.A. Pas Les Aygalades, non Los Angeles… Un Marseillais qui a réussi sa vie et qui vit de ses passions. Photographe, dessinateur (la Marianne sur le timbre Français, c’est lui), auteur… Olivier ne se prive de rien et il a bien raison, tout lui réussit. De L.A., il nous en dit plus.

TM : Vous êtes un artiste éclectique. Photo, dessin, écriture… vous vous y retrouvez ?

OC : Tout à fait. Si on regarde bien, le but est toujours le même : raconter des histoires en montrant ma vision du monde qui m’entoure. Au final, c’est juste le média qui change et qui s’adapte aux messages. J’ai besoin d’exprimer. Parfois, tout est visuel et j’ai besoin d’une seule image. D’autres fois, pour raconter une histoire, je vais avoir besoin de mettre en scène des comédiens sur scène ou dans un film.

TM : Et Marseille dans tout ça ? Cette ville vous inspire-t-elle un futur projet artistique ?

OC : Je vis à Los Angeles mais j’ai vécu à Marseille jusqu’à mes trois ans, je suis revenu à Marseilleveyre pour faire un bac cinéma. Quasiment toute ma famille y vit. Bien sûr que cette ville m’inspire. Mon roman se passe d’ailleurs en Arles. C’est quand même très proche.

TM : Parlez-nous de votre livre « Il était deux frères ». Quel en est le point de départ pour vous ?

OC : Pour « il était deux frères », nous sommes tout le long dans la tête, dans les pensées du héros. Nous suivons tous ses questionnements, ses douleurs et ses peines. Nous sommes dans la tête de quelqu’un qui comprend qu’il est bipolaire. Je ne pouvais pas le raconter autrement qu’avec un roman. Je voulais raconter une histoire qui permettrait au lecteur de comprendre exactement ce qui se passe dans la tête de personnes bipolaires… Comment le cerveau peut transformer la réalité qui nous entoure dans le pire comme dans le meilleur. C’est un sujet qui me tient à cœur et j’ai décidé tout simplement d’écrire ce que j’avais envie de lire depuis longtemps.

TM : Quelque chose à dire aux lecteurs de ToutMa ?

OC : Je vis à Los Angeles et quand je dis aux Américains que je suis né à Marseille, je suis toujours agréablement surpris de voir le nombre de gens qui non seulement connaissent Marseille mais qui la nomment comme étant l’une des plus belles villes d’Europe. Il fut un temps à l’étranger où on ne parlait que de Paris. J’ai l’impression que ce temps est révolu.

Il était deux frères _édition L’Harmattan _160 pages _17€