Marseille
09 Aug, Tuesday
23° C
TOP

Brigitte

Brigitte est un phénomène bicéphale, des looks improbables avec des fleurs dans les cheveux  et des robes à paillettes. A deux voix, elles font des chansons, elles sont drôles et  impertinentes… Brigitte, c’est une brune (Sylvie) et une blonde (Aurélie), Brigitte c’est du rétro et du hip hop, des hippies qui kiffent ABBA et Marilyn Monroe, c’est des histoires de gangsters et de filles d’aujourd’hui. Et parce que Brigitte Bardot, Brigitte Lahaye, Brigitte femme de flic, Brigitte la voisine… Brigitte est née. Retrouvez-les le jeudi 26 juillet au festival des Voix du Gaou.
_Propos de Sylvie, recueillis par Nadège Laurens-Paget
Qui êtes-vous exactement ?
Brigitte : Nous sommes deux femmes, auteurs-compositeurs et interprètes, nous nous sommes retrouvées il y a un peu plus de 4 ans après avoir fait de la musique pendant plus de 10 ans séparément. On a décidé de faire un projet ensemble parce qu’on s’aimait bien et parce qu’on aimait bien l’univers de l’autre. 

Comment vivez-vous votre notoriété grandissante ?
On ne s’en rend pas vraiment compte en fait… ce que l’on voit, nous, ce sont les salles presque toujours pleines, des gens qui connaissent notre musique ou au moins une chanson et ça c’est génial ! C’est quand même pour ça qu’on fait de la musique. On remplit des salles entre 500 et 900 places, parfois un peu plus… Au final, ça représente beaucoup de monde !
Les Voix du Gaou sont considérées comme une scène internationale. Est-ce un tournant pour vous ?
Je ne sais pas, nous n’y sommes jamais allées… Notre productrice rêvait qu’on y joue déjà l’an dernier. Faire un des festivals incontournables de l’été, c’est super, c’est évident.  Et puis, on nous en a beaucoup parlé. C’est un endroit incroyable. Dommage que nous ne fassions qu’un passage éclair… on essaiera quand même de profiter du site toute la journée !

Quelles sont vos sources d’inspirations ?
Tout. Le cinéma, la littérature, la vie, nos enfants, nos vies, nos amoureux, tout nous inspire…

Quel est le bonheur absolu selon vous ?
Je ne sais pas si on peut parler de bonheur absolu, mais il y a de grands bonheurs tous simples comme voir mon mari et mes deux enfants faire les fous ensemble… Être sur scène et se sentir en fusion avec les musiciens, ressentir des choses très fortes, c’est aussi cela le bonheur, évidemment.

Est-ce que vous avez un petit truc avant de rentrer sur scène ?
Avec les musiciens, on s’embrasse, on s’enlace, on se souhaite d’avoir la pêche, de prendre du plaisir dans ce concert à venir, des trucs comme ça… Avec Aurélie on s’embrasse sur la bouche car le rouge à lèvres laisse des marques sur la joue (rires).

Vous avez le trac ou vous vous sentez plus fortes à deux ?
On se sent vraiment plus fortes à deux, c’est certain ! Notre projet nous a aussi un peu libérées de nos barrières et contraintes. Je pense qu’on se sent aussi plus forte chacune de notre côté car c’est très grisant d’avoir un projet qui marche…

Qu’est-ce qui a changé pour vous après la cérémonie des Victoires de la Musique ?  Comment avez-vous vécu cet événement ?
J’ai rêvé très longtemps d’être un jour aux Victoires de la Musique, et puis j’ai été un peu déçue. Parce que depuis 2 ans, on tourne beaucoup, on fait tellement de concerts, d’interviews et de télés… j’étais déjà noyée dans la masse de travail que représente la promo, alors cela ressemblait à plus de boulot encore. On avait préparé une version spéciale de « Battez-vous », on avait des robes « couture » conçues juste pour nous… on n’a pas fait les choses à moitié ! Mais il n’y avait pas ce truc un peu magique que j’imaginais quand j’étais devant ma télé autrefois. C’est bien sûr une consécration ! Nous étions ravies que ce soit le prix de la Révélation sur Scène car ça récompense aussi toute l’équipe.

Votre péché mignon…
Ben… Tout ce qui se mange. Nous sommes très gourmandes, Aurélie et moi.

Votre crédo ?
Tout est possible… donc « essayons de repousser les limites » !

Votre groupe favori ou celui dont vous rêvez de faire la première partie ?
David Bowie, McCartney, entre les 2, mon cœur balance… Peut-être que s’ils font un duo ensemble, je veux bien faire leur première partie.

Le titre que vous écoutez le plus en ce moment ?
Ornette. On adore son album. Elle vient de faire un duo avec un rappeur Américain qui s’appelle Mike Ladd, je crois. On l’adore tellement qu’on l’a choisie en première partie pour quelques dates cet été.

Une fiesta chez vous ?
J’adore les fêtes improvisées… Appeler des copains, leur dire de ramener une bouteille et puis faire avec ce qu’il y a, ouvrir une boîte de foie gras et du bon vin. J’aime bien ouvrir des boîtes de conserve en secours… Mes enfants, leurs boîtes de secours, ce sont les raviolis ! J’en ai toujours une au fond du placard.

Est-ce que vous connaissez Marseille ?
J’étais venue rendre visite à une cousine il y a quelques années et je n’ai pas accroché. Peut-être parce qu’elle nous en avait trop parlé, elle disait que c’était génial… Et puis on a joué à Marseille l’an dernier sans rien voir de la ville. Nous sommes revenues il y a 2 mois à l’Espace Julien, on est arrivé à 9h, il faisait un temps splendide et je me suis fait une grande balade à vélo… J’ai découvert une autre ville, le quartier de l’Espace Julien, le marché, les friperies, la mer, les couleurs. J’ai trouvé incroyables les couleurs des façades.

Et le public marseillais ?
Ah ben super ! Notre premier concert au Poste à Galène était blindé de chez blindé, c’était une des premières salles où l’on ne pouvait plus circuler… Du coup, je garde un souvenir de chaleur intense, c’était un super concert.

Merci qui ?
Merci maman ! Elle m’a toujours soutenue, elle a toujours accepté mes choix même quand c’était difficile, comme d’arrêter la fac pour faire de la musique, de vivre avec un mec qu’elle ne supportait pas. C’est encourageant d’avoir des parents qui acceptent la vie qu’on a décidé d’avoir. Ma mère m’aide toujours beaucoup…

 

_www.voixdugaou.fr