Marseille
03 Jul, Sunday
30° C
TOP

Art Five et les sept maîtres de l’art urbain

Elle n’est pas aveugle la confiance que l’on octroie à la galerie ArtFive. Elle nous rend la vue sur l’art contemporain. L’exposition « Seven to Five » organisée par le fondateur Christophe Rioli prendra vie du 25 novembre au 15 décembre 2016 aux Voûtes de la Major. La série inédite composée d’une quarantaine d’œuvres contemporaines et urbaines pourra faire trembler les vitraux du monument d’à côté.

Sept grands artistes choisis pour l’occasion « Je travaille toute l’année avec, ce sont ceux que j’avais le plus envie de montrer » nous délivre le marchand d’art entre deux taxis « Des artistes avec des techniques uniques, ils se différencient les uns des autres et ont chacun des qualités indéniables qui vont cependant s’intégrer les unes aux autres ». Speedy Graphito, Philippe Echaroux, Gris 1, Levalet, Ardpg, C215 et Brusk… Ces Français qui ont su se faire une place sur le marché international de l’art urbain. Un mouvement au sein duquel les rôles se sont inversés : aujourd’hui ce sont les clients qui vandalisent les expositions. Quelles barrières enjambent-ils pour sélectionner la bonne pièce ? « Le plus important c’est que ça plaise » nous suggère Christophe Rioli « Ensuite il faut savoir pondérer l’équation avec le prix que l’on souhaite y consacrer. Les marchands et les galeristes sont aussi là pour ça : conseiller ».

Alors cet hiver les couleurs viendront dialoguer avec la cité phocéenne connue pour son caractère brut et chargé d’histoire. Ce n’est pas le froid qui viendra roser les joues de la ville pour l’occasion, mais l’univers pop-graphique de Speedy Graphito. Que l’on ne confonde pas les lumières des fêtes qui approchent avec celles que Philippe Echaroux revient faire refléter dans les yeux des bâtisses. Bien d’autres éclats d’inspirations qui ne sont que les trêves brisées d’artistes que la galerie ArtFive a décidé de nous raconter : un conte moderne.

Art Five
565 Avenue du Prado, 13008 Marseille
http://www.artfive.fr

Texte _Julie Mandruzzato