Marseille
11 Aug, Thursday
23° C
TOP

Alain Damasio, souffleur d’univers

Que vous dire ? Il écrit. Oui, bien sûr, mais pas comme nous. Il écrit à plusieurs dimensions. En hauteur, en largeur, en profondeur. Ses romans de science-fiction ne sont pas que des histoires, ce sont des univers à part entière en appelant avec érudition à l’histoire, la sociologie, la technologie et la science. Il anticipe des mondes où la liberté, l’individualité sont des enjeux majeurs. Il a obtenu le Grand Prix de l’Imaginaire avec sa Horde du Contrevent qui s’est vendue, principalement grâce au bouche-à-oreille, à 100 000 exemplaires. On peut le voir régulièrement dans les calanques avec son polo rouge, son short kaki et son petit sac à dos. D’autres l’ont vu en Corse arpenter les maquis. Quelques-uns enfin ont trouvé trace de lui dans le Vercors (sauter à l’élastique ?). De ses farouches isolements (moins nombreux aujourd’hui, il a deux enfants) et autres pérégrinations pédestres sortent des livres. Des livres gigognes dont on peut faire des « bibles » qui peuvent tout aussi bien se transformer en film d’animation, en long-métrage, en jeu vidéo ou bien encore en anticipation stratégique pour officine secrète. Il aurait pu être l’un de ces cerveaux que l’on croise dans les grandes entreprises, il en avait réussi les grandes écoles, mais il a choisi une autre voie, celle du souffle créatif. Tout le talent d’Alain Damasio est là ; une intelligence « en contrevent » qui se faufile dans les failles de nos jeunes sociétés de contrôle pour en tirer des histoires extraordinaires, jamais tout à fait éloignées de nos réalités. On passerait des heures à écouter Alain Damasio quand on a passé des heures à le lire. Rencontre avec un humble talent pur qui a le souffle (il parle de nephesh) en lui. Laissons-lui la parole.

 

Un jeu… Remember me

Mon premier jeu vidéo (Remember me) m’a pris trois ans de ma vie, de 2008 à 2010. J’ai bâti la bible narrative : les personnages et tout l’univers puis j’ai embauché 7 personnes pour le déployer dans tous ses aspects. Tout se passait en 2084 à Paris. L’idée est que tous les souvenirs peuvent s’enregistrer. Les souvenirs se vendent, s’échangent, s’implantent. Le héros est une femme, pirate, qui remixe la mémoire des gens. Nous sommes allés loin dans le concept en termes de projection sociale, de politique, de technologie… comment on se nourrit dans le futur, l’histoire de la ville en 2084. Je me suis régalé. La bible fait plus de 1000 pages ! C’est un monde où toute l’économie a été recentrée sur la numérisation, l’achat et la vente de souvenirs. Et la plus grosse boîte, c’est une banque des mémoires vivantes. Il y a des bornes et chaque jour, on peut y déposer ses souvenirs. Ceux que l’on veut garder comme ceux dont on veut se séparer. On s’est bien éclaté. J’avais trois grands écrivains de S-F qui ont collaboré avec moi dont deux ont été Grand Prix de l’Imaginaire. Dans sa version jeu, je considère qu’il n’y a que 5 % de ce que l’on a développé qui a été retenu. Mais c’est normal. Notre jeu est sorti en juin 2013. Il a bien marché, avec plus de deux millions de ventes et téléchargements.

 

Une bible… Fusion

L’univers que j’avais développé dans Remember me m’a donné l’idée d’un autre projet baptisé Fusion, auquel je travaille aujourd’hui. L’idée étant que la mémoire est stockable dans l’élément liquide : l’eau, la pluie, mais aussi l’alcool, etc. J’ai attaqué le scénario pour un long-métrage, j’ai fait une quarantaine de pages. Je l’ai fait lire à quelqu’un dont l’avis m’est cher et je crois que je vais repartir sur la construction complète d’un univers. Encore une bible narrative de 1000 pages en vue ! Il y a de nombreux développements possibles à ce projet : série animée, jeux vidéo, BD, long-métrage, etc.

 

Et La Horde du Contrevent,  on ne dit rien ?

Eh bien non, bien chers lecteurs de ToutMa, nous ne vous dirons rien sur cette aventure extraordinaire que vous découvrirez par vous-mêmes. Vite ! Un libraire !

 

Des univers en projet… Furtifs, Phonophores et autres idées

J’ai écrit plusieurs nouvelles cette année. Je travaille sur mon troisième roman intitulé Les furtifs, qui est une réflexion sur une liberté retrouvée dans nos sociétés de contrôle. Ce sont des animaux qui ont développé des facultés d’échapper à ces systèmes de surveillance. Pour l’instant, je n’ai écrit qu’un chapitre, mais j’ai vraiment tout un univers à développer ! (Rires). J’ai également commencé à déployer, en collaboration avec des créateurs sonores issus de Radio Grenouille, tout l’univers des Furtifs en imaginaire sonore. Nous travaillons actuellement sur une quarantaine de pièces, essentiellement de la voix et du son, très peu de musique. L’histoire se passe en 2030, dans une sorte de ville 2.0 Ce projet a été lauréat de la bourse Orange 2014 formats innovants. Ça s’appelle Phonophore.

Je sens qu’aujourd’hui, j’ai beaucoup de plaisir à développer des univers. Dans l’acte d’écrire il y a une intensité de concentration que je ne ressens pas actuellement. Peut-être que mon espace de narration n’est plus dans le roman actuellement, mais dans les bibles. Celles qui décrivent des univers entiers. J’aime le côté floribond des univers qui se déploient ! Mon rêve serait de créer une sorte d’atelier-résidence de créateurs d’univers installée à Marseille…

 

Pour tout savoir sur Alain Damasio :

_Lisez sans tarder La Horde du Contrevent que vous trouverez ou commanderez chez tous les bons libraires de Marseille.
_Essayez vos oreilles à : http://phonophore.fr/
_Et pour les players, allez voir : http://www.remembermegame.com/?lang=fr
_Et bientôt… La Horde du Contrevent en BD…
À suivre