Marseille
18 Aug, Thursday
19° C
TOP

Aaarg, la bande dessinée et la culture à la masse

Pierrick Starsky, Léa Guidi-Guidi, Kax McMachin. Ça vous dit quelque chose ? Et pourtant, ensemble ils font Aaarg tous les deux mois. Aaarg ? Certains connaissent. D’autres non. Les premiers sont moins nombreux que les seconds et c’est un tort. Les lecteurs et lectrices de ToutMa ne font pas (encore) forcément partie du lectorat naturel de cet ovni culturel 100 % indépendant fait à Marseille. Aaarg, comment vous dire… C’est un peu libertaire, anar, absurde, trash, barbu et pas naturellement bien propre sur lui. Mais ne nous arrêtons pas à ces détails. Aaarg c’est un souffle puissant, c’est éditorialement différent (bien que s’inspirant de magazines tels que Métal Hurlant, Pilote, Mad, Weirdo, Hara Kiri entre autres) pour une revue de presque 300 pages qui vous propose de découvrir de la BD mais aussi des nouvelles, des dossiers, des chroniques, des interviews. Découverte…

Aaarg une revue qui se lit

Aaarg propose quelque chose d’optimiste et de déjanté qui se fait rare. Aaarg c’est le flambeau d’une liberté de la presse qui est repris par des déconneurs sérieux d’aujourd’hui qui sont prêts à risquer leur chemise et le peu d’argent qu’ils ont pour vivre cette belle aventure éditoriale. Ils ont fait des choix de vie, ils en assument la fragilité et en comprennent la force également. C’est ce mélange de créativité, de sensibilités différentes et d’auteurs originaux qui rend le magazine incontournable dans son genre… Et au-delà, pour peu que l’on se prenne au jeu. Il faut lire Aaarg au moins une fois dans sa vie.

Aaarg une revue qui se garde

Oui ! Et qui se transmet aux enfants ! « L’objet » est beau, très bien fabriqué et les couvertures sont délirantes. Avec Aaarg, il y a toujours quelque chose à (re)découvrir dans cette auberge espagnole qui mélange allègrement polar, humour, SF, fantastique, récit intimiste dans différents formats (du très court au relativement long), privilégiant plutôt les collaborations one-shot pour présenter ainsi à chaque numéro de nouveaux talents.

Aaarg une revue qu’on aide parce qu’on l’aime

Le premier numéro paraissait en octobre 2013. Le 6eme est arrivé, un an après : 276 pages avec, en supplément, une affiche détachable de la couverture et un cd audio (bon ce n’est pas ma musique favorite, mais c’est généreux de leur part !). Vous trouverez tout cela dans les librairies de Marseille et certains kiosques. Le plus simple étant de vous abonner, il vous en coûtera seulement 59 € pour 5 numéros dont un gratuit. Le tout livré par la poste à votre domicile.

Vous dire que Aaarg vous plaira forcément, c’est une affaire de goûts… Quoi qu’il en soit, comment passer à côté de ce travail fait avec passion et ambition par une petite équipe de trois personnes incroyablement douées, le tout fait à Marseille ? Nous avions le devoir de vous faire connaître Aaarg. À vous de voir maintenant ! Bonus track… De leurs vrais noms ils s’appellent : Pierrick Carbuccia (rédacteur en chef), Julien Janin (factotum en chef, c’est lui qui le dit) et Léa Guidi (directrice éditoriale). Ils méritent plus que leurs surnoms ces trois-là.

Facebook de Aaarg _www.aaarg.fr