Marseille
25 Oct, Monday
18° C
TOP

« Dolorès, la malédiction du pull-over rouge », la création-documentaire Canal+ sur l’affaire Rambla

Marie-Dolorès Rambla… le nom de cette petite fille de 8 ans, enlevée au pied de la cité Sainte-Agnès en 1974, rappelle à tous les Marseillais une terrible tragédie qui a longtemps fait trembler les ménages. 

La peine de mort infligée à son ravisseur et meurtrier, Christian Ranucci, pose dans la nouvelle série de Canal+, dès le deuxième épisode, une question d’ordre moral à une époque où le peuple réclame vengeance. Intervient alors l’histoire du « pull-over rouge », vêtement retrouvé à deux pas des lieux du crime, qui aurait été, selon deux témoins, porté par un autre homme que Ranucci. Ce vêtement écarlate, qui a inspiré à Gilles Perrault son ouvrage polémique Le Pull-over rouge, instille alors le doute dans les esprits quant à la culpabilité de l’assassin. 

Cette création-documentaire de 4 épisodes d’une cinquantaine de minutes, réalisée par Julien Séri et produite par Giraf Prod, met le déterminisme social au cœur de son questionnement. Des années après le meurtre de sa petite sœur, Jean-Baptiste Rambla, âgé de 6 ans au moment des faits et triste témoin du kidnapping, devient à son tour un assassin, auteur d’un double féminicide. Pourquoi ? Comment a-t-il pu ôter la vie alors qu’il a lui-même été victime de l’horreur ? Si Marie-Dolorès était toujours parmi nous, aurait-il commis cet acte impardonnable ? 

« Chez Giraf Prod, nous sommes journalistes avant tout. Il nous a fallu 2 ans, de l’enquête au montage, pour réaliser cette série documentaire […]. Nous avons mis la force des armes de la fiction au service de la vérité pour nous replonger dans cette histoire, qui est avant toute celle de la condition humaine », confie Géraldine Levasseur, journaliste et fondatrice de Giraf Prod. 

À travers ce docu-fiction minutieusement réalisé, écrit par Julien Guérif, Géraldine Levasseur et l’enquêteur Brendan Kemmet, le spectateur replonge dans une affaire douloureuse dont les obscurités sont éclairées par les travaux de journalistes, d’enquêteurs, et de témoins clefs. Si vous aimez les fictions se rapprochant fort de la réalité, cette mini-série poignante, dont les scènes de reconstitution sont jouées par des acteurs très justes, vous convaincra par son authenticité. 

Après avoir rencontré Jean-Baptiste Rambla, emprisonné à Toulouse, les équipes de Dolorès, la malédiction du pull-over rouge ont tourné dans la ville de Marseille des scènes à la fois marquantes et troublantes de vérité (notamment grâce à un travail minutieux sur les archives). En démêlant le vrai du faux, la série agit sur le travail de mémoire des Marseillais et délivre une pure leçon de journalisme bien documenté, au service d’un scénario et d’une réalisation clairs et nets. CG 

Dolorès, la malédiction du pull-over rouge 
À partir du 14 octobre, à 21h sur Canal+